Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Canicule, sécheresse : les vignobles du Reuilly face au dérèglement climatique

-
Par , France Bleu, France Bleu Berry

Aucun vignoble n'a été épargné par la canicule et la sécheresse, et le dérèglement climatique aura inévitablement des conséquences sur la production viticole cette année. Comment s'en sortent les exploitations du Val de Loire?

Le domaine Denis Jamain, à Reuilly
Le domaine Denis Jamain, à Reuilly - DR/domaine Denis Jamain

Reuilly, France

Denis Jamain possède 21 hectares de vignoble dans le domaine du Reuilly, entre Vierzon et Issoudun. Il distribue entre 130 et 140 000 bouteilles chaque année, mais il ne se fait aucun illusion sur la cuvée 2019 :  « Il y aura certainement une production moindre, notamment en pinot noir et en pinot gris. »

Impossible de chiffrer à l'avance le manque à gagner sur le nombre de bouteilles produites. Quant au vin, on sait que son degré d'alcool augmente depuis plusieurs années à cause du climat. Pour l'instant le phénomène touche surtout les vignobles du sud, dans le Bordelais et le Roussillon. Le Val de Loire n'est pas encore entièrement concerné, « mais sera forcément un peu touché, admet Denis Jamain. On commence déjà à l'être, il faut être très vigilant sur les degrés d'alcool dans nos appellations. »

Des vendanges de plus en plus précoces

Une vigilance qui appelle immédiatement une conséquence : « Nous vendangeons de façon de plus en plus précoce. » Cette année ce sera « certainement vers le 15 septembre, mais par exemple en 2018 on a commencé le 2 septembre et en 2017 le 29 août. »

Denis Jamain mise sur les quelques semaines qui le séparent des vendanges pour sauver son millésime : « Le film n'est pas fini, il y a encore 6 semaines avant les vendanges, et si vous voulez il peut se passer beaucoup de choses dans ces semaines-là qui sont souvent déterminantes pour la qualité des vendanges. »

Denis Jamain a converti son exploitation au bio il y a plus de 10 ans, en 2007. Face à l'urgence climatique, de plus en plus de vignobles s'adapte aux normes de l'agriculture biologique. Un mode de production qui représente aujourd'hui près de 10% des terres viticoles françaises.

Choix de la station

France Bleu