Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Carottes de Créances : les producteurs réclament un délai de cinq ans pour se passer des pesticides

mercredi 30 janvier 2019 à 19:18 Par Lucie Thuillet, France Bleu Cotentin et France Bleu

Les producteurs de carottes de Créances dans le centre-Manche demandent un plan stratégique sur cinq ans pour trouver des solutions alternatives au dichloropropène, pesticide interdit depuis l'été dernier, qu'ils utilisaient pour lutter contre un ver parasite.

En utilisant des solutions alternatives au dichloropropène, les rendements des producteurs ont été divisés par trois
En utilisant des solutions alternatives au dichloropropène, les rendements des producteurs ont été divisés par trois © Radio France - Pierre Coquelin

Créances, France

Les producteurs de légumes de la côté ouest de la Manche ont rencontré, ce 30 janvier 2019, Hervé Morin, le président de la Région Normandie et Marc Lefèvre, le président du conseil départemental de la Manche pour parler de la situation de leur filière.

Elle est en grande difficulté depuis l'été dernier et l'interdiction du dichloropropène, un pesticide reconnu comme cancérogène probable, qu'ils utilisaient jusque là pour lutter contre un ver  - le nématode - qui ravage les cultures de carottes des sables. Près de 1.000 emplois seraient menacés. 

Un plan d'adaptation sur cinq ans

Les producteurs de carottes de Créances demandent un plan d'action de cinq ans, pour tester des nouvelles variétés, changer de cultures, planter du sorgo par exemple ou des plantes que le ver, le nématode, n'aime pas pour essayer de l'éliminer de leur champ. 

Nous devons imaginer aussi la mise en place de frigos pour conserver les carottes si elles sont plantées plus en retrait dans les terres, mais également de serres dans le respect de la loi littoral et on compte aussi sur l'avancée de la recherche", explique Pascal Férey, le président de la chambre d'agriculture de la Manche.

Du metam-sodium en attendant ?

Les producteurs de légumes souhaitent obtenir une dérogation pour un autre pesticide, le Metam-sodium qui a été récemment retiré du marché français.

Nous souhaitons l'utiliser pendant cinq ans, le temps de mener tous ces tests. Car si nos carottes de Créances pleines de sable ne sont plus sur les étals, si les consommateurs nous oublient, c'est fini et alors ça ne servira plus à rien de mettre en place un plan d'adaptation", commente Philippe Jean, producteur à Créances et vice-président de l'AOP Jardins de Normandie.

Les producteurs ont reçu ce 30 janvier 2019 le soutien d'Hervé Morin. "Il faut bâtir un plan avec l'Etat, les collectivités, l'Agence de l'eau pour trouver une solution pérenne afin que la filière perdure", a expliqué le président de la Région Normandie.