Agriculture – Pêche

Certaines truites du Léman impropres à la consommation

Par Nicolas Peronnet, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu jeudi 29 octobre 2015 à 17:43

Filets de truite
Filets de truite © Radio France

Après les ombles chevaliers, au tour des truites d'être victimes de la pollution dans le Léman. Les spécimens de plus de 54 centimètres présentent des teneurs en PCB supérieures aux taux réglementaires, selon une étude de la CIPEL, la Commission Internationale pour la Protection des Eaux du Léman.

Des analyses de PCB (polychlorobiphényls), effectuées par la CIPEL en 2014 sur un échantillon d'une vingtaine de truites du Léman de 30 à 80 centimètres, mettent en évidence chez certains spécimens de grande taille des teneurs dépassant la norme règlementaire en vigueur pour les denrées alimentaires. Les autorités sanitaires françaises et suisses ont décidé d'interdire la consommation et la commercialisation des truites lacustres de plus de 54 centimètres, à partir du 1er novembre.

ECOUTEZ les précisions de Nicolas Peronnet

A l'origine, une pollution industrielle

Le PCB, utilisé depuis les années 30 dans les transformateurs industriels ou certaines peintures est interdit depuis une trentaine d'année en France, mais la substance toujours présente dans les sédiments du lac s'est accumulée dans la chair des poissons gras comme la truite. Son élimination est très lente selon Audrey KLEIN, secrétaire générale de la CIPEL : "Le PCB n'est plus produit depuis plus de 30 ans, mais est encore très présent dans l'environnement, que ce soit dans l'eau, les sols, ou l'air. Cette substance très stable ne se dégrade pas, reste dans les milieux, et va contaminer toute la chaîne alimentaire. Il faut s'attendre à une amélioration lente. Tant que les sédiments actuels ne seront pas remplacés par des sédiments propres, la pollution sera diffuse dans les eaux du lac".

ECOUTEZ Audrey Klein, secrétaire générale de la CIPEL

Peu de conséquences économiques

Les conséquences économiques pour les pêcheurs français et suisses devrait être limitées, les truites lacustres ne représentent que 1,5% du tonnage de pêche professionnelle dans le Léman. La consommation des autres espèces (brochets, lottes, féras et perches) ainsi que les truites de moins de 54 centimétres ne présente pas de risque pour la santé. Cette restriction s'ajoute à celle existant déjà pour les ombles chevalier d'une taille supérieure à 39 centimètres dans le lac Léman et 40 centimètres dans le lac d'Annecy.