Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Charcuterie corse : des éleveurs non labellisés en quête de l’AOP

mercredi 18 juillet 2018 à 14:20 Par Christophe Giudicelli et Pierre-Louis Antoniotti, France Bleu RCFM

Les éleveurs non labélisés regroupés dans l’Associu di i purcaghji corsi demandent à pouvoir entrer dans le label AOP charcuterie corse. Problème, ils ne correspondent pas aux critères imposés par le cahier des charges défendu par le syndicat Salameria Corsa.

La charcuterie corse
La charcuterie corse © Radio France - Bernard GUYOT

Corse, France

Depuis quelques mois les éleveurs porcins non labellisés se sont regroupés en syndicat. L’associu di i purcaghji corsi a un objectif, celui d’avoir un label tamponné sur leurs produits afin de protéger leur production et d’être reconnaissables aux yeux des consommateurs. Pour l’instant "on est des électrons libre" explique Christian Benigni éleveur porcin à San Martino di Lota au nord de Bastia en Haute-Corse et membre du syndicat i purcaghji corsi. Mais pour lui, "il faut tout de même trouver une solution, pour que les éleveurs qui travaillent avec des porcs croisés puissent trouver leur place dans le monde agricole."

Des éleveurs corses non labellisés en quête de l’AOP: Le reportage de Mathilde Errard

Pas de porcs croisés dans l’AOP

Les éleveurs non labellisés se reconnaissent dans l’AOP charcuterie corse. Mais le cahier des charges très strict de celle-ci autorise seulement des porcs de race corse nés et élevés en Corse. Portant l’INAO, l’institut national de l’origine et de la qualité, qui délivre les labels, pencherait pour un assouplissement des critères de l’AOP.  Le syndicat Salameria Corsa, qui regroupe 70 éleveurs n’est pas prêt à enlever le critère de la race : " Pour la mise en valeur des produits c’est ce qu’il y a de mieux" rajoute Nicolas Campodimacci son président.

L’association « I purcaghji corsi » regrette le peu d’ouverture du syndicat AOP

"Aujourd’hui on est sur des mêmes marchés" selon Christophe Piazza le président de l’associu di i purcaghji corsi, pour lui, "les produits sont similaires". "La seule volonté vient du syndicat AOP et d’un certain nombre d’éleveurs qui sont plus ou moins dans une petite chapelle" conclut-il.

Se tourner plutôt vers l’IGP Ile de Beauté ?

Joseph Colombani le président régional de la chambre d’agriculture de Corse propose plutôt aux "éleveurs qui travaillent avec des porcs qui ne sont pas corses de se tourner vers l’IGP Ile de beauté et de demander une modification sur l’importation des porcs". L’IGP Île de beauté a été demandée par les industriels corses de la charcuterie. Ce label autorise, entre autres, l’utilisation de porcs venus de l’extérieur de la Corse pour faire de la charcuterie. Pour Joseph Colombani  "les éleveurs non labellisés trouveront dans ce label leur place alors qu'actuellement nous perdons notre temps et on alimente le conflit entre producteurs corses."

Pour l’associu di i purcaghji corsi hors de question d’utiliser le label Île de Beauté. Ils envisagent plutôt de créer leur propre label.

Des éleveurs corses non labellisés en quête de l’AOP: Explication