Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Charente : le vignoble touché par le gel

-
Par , France Bleu La Rochelle

Le vignoble du cognaçais a souffert du gel, ces derniers jours. Deux nuits de suite, les températures sont devenues négatives au petit matin. Les dégâts sont disparates, d'une exploitation à l'autre, et même souvent d'une parcelle à l'autre. Ce sont les jeunes pousses qui ont le plus souffert.

Ce sont surtout les jeunes pousses qui ont été victimes du gel de ces dernières nuits
Ce sont surtout les jeunes pousses qui ont été victimes du gel de ces dernières nuits © Radio France - Pierre MARSAT

Charente, France

Le vignoble charentais a connu un premier épisode de gel dans la nuit de samedi à dimanche. C'est surtout pendant la nuit de dimanche à lundi que le gel a été le plus fort. On est loin quand même des gelées de Mai 2017, qui avaient détruit environ 90% du vignoble. Le syndicat des viticulteurs, l'UGVC, se donne quelques jours pour dessiner une cartographie précise de ces dégâts dans la zone d'appellation.

Différente d'une parcelle à l'autre

Les vignes les plus touchées par le gel se situent en contrebas des côteaux. Ce sont les "gites", les jeunes pousses qui viennent de se développer, et dont les raisins déjà formés ne grossiront plus. Les dégâts sont très disparates d'une exploitation à l'autre, de 20% à 40% en moyenne dans le seul secteur de Val-des-Vignes, près de Châteauneuf-sur-Charente.

Chez Jean Fort, à Eraville, la récolte détruite est estimée à 35-40% - Radio France
Chez Jean Fort, à Eraville, la récolte détruite est estimée à 35-40% © Radio France - Pierre MARSAT