Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Charente-Maritime : pas de maltraitance des lapins Orylag, affirme l'INRA

mercredi 17 janvier 2018 à 15:10 Par Marie-Laurence Dalle, France Bleu La Rochelle et France Bleu

L'INRA se défend après les accusations de l'association L214. Les lapins Orylag de l'unité expérimentale de Saint Pierre d'Amilly en Charente-Maritime sont en bonne santé, et bien traités assure le directeur scientifique agriculture INRA à Paris. Les cages vont tout de même être agrandies.

capture d'écran de la vidéo du centre INRA à Saint Pierre d'Amilly, diffusée par L214 mi-décembre
capture d'écran de la vidéo du centre INRA à Saint Pierre d'Amilly, diffusée par L214 mi-décembre © Radio France - Marie-Laurence Dalle

Saint-Pierre-d'Amilly, France

On se souvient des images de lapins tournant en rond dans des cages exiguës : en décembre dernier l'association L214 mettait en cause, vidéo à l'appui, les conditions d'élevage des Orylag, (ces lapins destinés à des grandes marques de luxe comme Dior ou Dolce & Gabbana) dans l'unité expérimentale de l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), en Charente Maritime et dans les Deux-Sèvres).  
A l'issue d'une inspection interne, le directeur scientifique agriculture de l'INRA Christian Huyghe affirme que les 400 à 500 lapins ne sont pas maltraités, qu'ils sont dans un bon état sanitaire et que s'ils présentent des marques de cicatrices, ou de maladie, c'est bien le signe dit-il qu'ils ont été soignés. Les blessures, affirme-t-il, existent dans n'importe quel élevage.

Capture d'écran de la vidéo du centre INRA de St Pierre d'Amilly diffusée par L214 - Radio France
Capture d'écran de la vidéo du centre INRA de St Pierre d'Amilly diffusée par L214 © Radio France - Marie-Laurence Dalle

Des cages agrandies d'un tiers 

L'inspection interne menée par l'INRA va tout de même déboucher sur un agrandissement des cages dans lesquelles vivent les lapins, d'un tiers par rapport aux cages actuelles annonce Christian Huyghe, ce qui aura pour effet de diminuer à 300 le nombre de lapins Orylag dans l'unité expérimentale de Charente-Maritime. Il va aussi y avoir un "enrichissement des cages" avec des blocs à ronger à la place des grilles de plastique qui y étaient déjà et qui avaient été mal perçues par l'association L214. Elle pensait que c'étaient des bouts de cages détériorés par les lapins, or ils avaient pour fonction d'être rongés.

Le directeur scientifique agriculture de l'INRA ajoute qu'il est très difficile d'estimer quel peut-être le bien être optimal des animaux : "Je ne suis pas sûr que ce genre de lapin pourrait vivre en plein air", affirme Christian Huyghe. On peut penser qu'il serait souhaitable de mettre les lapins sur une zone plane et pas sur une grille ajoute-t-il, mais il y aurait des problèmes de gestion des déjections.

Il n'y aura plus de lapins fin juillet 

De toute manière, l'élevage expérimental de l'INRA à Saint Pierre d'Amilly sera fermé cet été, la décision avait été prise avant l'intervention de l'association L214 et avant l'inspection interne assure l'INRA. Il n'y aura plus de lapins Orylag sur place fin juillet. L'expérimentation arrive à sa fin, elle doit s'achever dit Christian Huyghe. Les centres avait pour objectif d'améliorer la race et de fournir des semences aux éleveurs. Les éleveurs ont décidé de créer leur propre production de semences.