Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Chiffre du jour

Chiffre du jour : 100.000 emplois menacés en France à cause des taxes Trump sur le vin

-
Par , France Bleu Vaucluse

Les professionnels du vin s'inquiètent pour leurs exportations vers les Etats-Unis. À cause de nouvelles taxes décidées par Donald Trump, la filière est menacée. Ils estiment que 100.000 emplois directs et indirects pourraient être touchés.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Stéphanie Berlu

Cent-mille emplois sont menacés dans la filière viticole française à cause des taxes décidées par Donald Trump sur les exportations vers les États-Unis. C'est la perspective inquiétante du comité national des interprofessions des vins, détaillée lors du Salon de l'agriculture. En tout, la filière fait travailler 500.000 personnes, de manière directe ou indirecte. 

À l'automne dernier, Donald Trump s'est mis en colère après des aides versées par l'Union européenne à l'Airbus au détriment de l'américain Boeing. Il décide alors d'une sanction : l'augmentation de 25% des droits de douane sur les vins européens : français, espagnols et allemands. Ni une ni deux, les exportations s'effondrent : 30% en moins depuis octobre.   

Une aide de l'Europe ? 

Les viticulteurs réclament un fonds de compensation de 300 millions d'euros au plus tôt. Les acheteurs se fournissent ailleurs, les producteurs perdent des marchés. Cet argent servira donc à contrebalancer les pertes. Mai ou juin, ce sera trop tard d'après les professionnels. Selon eux, les viticulteurs sont les principaux concernés mais c'est plus largement toute la filière qui pourrait plonger : les points de revente, la distribution et le transport, la restauration. 

Au Salon de l'agriculture, Emmanuel Macron a dit qu'il comprenait l'urgence. Le Chef de l'Etat s'engage à porter la demande de fonds de compensation auprès de l'Union européenne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu