Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Chiffre du jour : le Vaucluse produit chaque année 6 000 tonnes de fraises

lundi 15 avril 2019 à 6:35 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

On ne voit plus qu'elle depuis le début du printemps. La fraise de Vaucluse envahit les étals de nos marchés et supermarchés. Le département en produit 6.000 tonnes par an. Mais la concurrence, espagnole surtout, est rude.

Paniers de fraises
Paniers de fraises - Alain Hocquel - Vaucluse Provence

Département Vaucluse, France

Elle est sucrée, parfumée, charnue, et surtout, elle est rouge, avec une petite queue verte. Vous l’avez reconnue, c’est la fraise. Le Vaucluse en produit 6.000 tonnes chaque année, ce qui fait de lui le troisième plus gros producteur français derrière le Lot-et-Garonne et la Dordogne. La fraise pousse chez 500 exploitants, pour la majorité dans le bassin de Carpentras et le Comtat Venaissin. 

Grâce au soleil et au mistral qui chasse l’humidité, la fraise vauclusienne est la première française sur les étals de nos marchés et supermarchés. De la Cléry, des Gariguette et des Ciflorette avant tout. La fraise de Vaucluse a fait ses preuves puisque la première a été plantée en 1882. Beaucoup sont cultivées hors-sol, d’autres en pleine terre sous une bâche plastique et une partie en plein champ.  

La concurrence est rude

Mais la fraise de Vaucluse a encore du mal à faire le poids face à ses concurrentes du Sud-Ouest. Et surtout face aux fraises espagnoles ! Début avril, la grande distribution achetait celles-ci 80 centimes le kilo, contre 3 euros 80 pour la fraise de chez nous. Elle s’est depuis engagée à mettre en valeur la fraise vauclusienne. 

Depuis des années, la concurrence est rude mais les fraisiculteurs s’organisent : la Confrérie de la fraise de Carpentras a vu le jour en 1999. Elle vient d'ailleurs d'organiser son week-end annuel de fête. "Fraise de Carpentras" n’est pas une appellation protégée mais bien une marque, déposée à l’Institut national de la propriété intellectuelle. Le printemps vient de commencer, mais les fraisiculteurs l’assurent, l’année 2019 sera un grand cru.