Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Chiffre du jour : les poissons agonisent pendant quatre heures une fois pêchés d'après L214

vendredi 29 mars 2019 à 6:51 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

L'association L214 organise un rassemblement ce samedi à Carpentras, à l'occasion de la journée mondiale pour réclamer la fin de la pêche. Elle durera quatre heures, comme les quatre heures d'agonie des poissons, qui meurent asphyxiés.

Un bateau au retour de la pêche
Un bateau au retour de la pêche © Maxppp - Marc OLLIVIER

Carpentras, France

On a l'habitude de voir L214 dénoncer la violence des abattoirs. Cette fois, l'association de défense des animaux s'attaque à la pêche. Ce samedi, c'est la journée mondiale pour réclamer la fin de la pêche. L214 estime que l'asphyxie des poissons pêchés pour notre alimentation dure quatre heures. Quatre heures, c'est donc le temps que va durer l'action de L214 prévue ce samedi à Carpentras et dans une quarantaine d'autres villes françaises. Le rendez-vous est donné de 12h30 à 16h30 place Charles de Gaulle, pour un happening solennel.   

"Il est grand temps de se tourner vers une alimentation végétale et de refuser d'arracher violemment de l'eau des poissons sensibles, intelligents et qui tiennent à leur vie" nous dit L214. Selon l'association, 1.000 milliards de poissons périssent chaque année dans des conditions brutales. Comme pour les abattoirs, ils dénoncent une mise à mort douloureuse, parfois sans étourdissement préalable. Pour l'association, les poissons souffrent dans le cas de la pêche en mer et dans le cas de la pisciculture. Ils invoquent pour ça un rapport de l'INRA, l'institut national de la recherche agronomique. Les cerveaux des poissons, comme ceux des mammifères sont capables d'éprouver la douleur.