Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

CIMA 53 : la levée de l'embargo chinois sur la viande bovine française est vue d'un bon œil par les éleveurs mayennais

samedi 21 juillet 2018 à 19:39 France Bleu Mayenne

La viande bovine française, interdite en Chine depuis 2001, pourra de nouveau être commercialisée, selon un protocole d'accord signé en juin dernier à Pékin. Les éleveurs mayennais réunis ce week-end au CIMA 53 y voient l'opportunité d'un nouveau marché.

Le boeuf français pourrait faire son retour dans les assiettes chinoises d'ici septembre.
Le boeuf français pourrait faire son retour dans les assiettes chinoises d'ici septembre.

Mayenne, France

Le 25 juin dernier, le Premier ministre français Edouard Philippe et son homologue chinois Li Keqiang signaient un accord pour lever l'embargo sur la viande bovine française. "Une date historique" avait déclaré Dominique Langlois, président de la filière bovine française.

La viande bovine française était interdite en Chine depuis 2001 suite à la crise de la vache folle. D'ici quelques mois, l'empire du milieu va pouvoir renouer avec l'excellence du terroir français.

Une nouvelle plutôt bien accueillie par nos éleveurs mayennais qui participent ce week-end au CIMA 53 (Carrefour interprofessionnel du monde agricole de la Mayenne) installé à Mayenne au parc des expositions.

1,5 million de tonnes de viande bovine vers la Chine

C'est un client qui ne se refuse pas. Chaque année la Chine importe 1,5 million de tonnes de viande bovine. Il y a un marché à prendre pour Didier, éleveur de blonde d'Aquitaine à Bonchamp-lès-Laval "c'est une bonne nouvelle cette levée d'embargo, même s'il n'achète pas de la blonde mais d'autres races françaises" dit-il le sourire aux lèvres. 

Néanmoins la concurrence s'annonce rude, en effet, quatorze pays exportent déjà de la viande bovine vers la Chine. Pour se démarquer, nos éleveurs vont devoir mettre en avant la qualité des races françaises. Jean-Claude, lui aussi éleveur de blonde d'aquitaine, a déjà tout une liste d'arguments pour séduire la clientèle chinoise "c'est une viande diététique, toujours maigre, elle est très bonne pour la santé" affirme-t-il.  

Les races françaises telles la Blonde d'Aquitaine, la Charolaise, la Rouge des Prés ou encore la Parthenaise pourraient vite séduire les papilles chinoises, mais pour l'instant, Kévin qui élève des Rouges des Prés à Andouillé préfère rester sur la défensive "on attend de voir s'ils prennent conscience que c'est de la bonne viande, que ça ne finisse pas dans les steak hachés !"

Le bœuf français pourrait faire son retour dans les assiettes chinoises d'ici septembre.

Par :