Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Salon de l'Agriculture 2020

Cinq "moutonniers" creusois au salon de l'agriculture 2020

-
Par , France Bleu Creuse

Ils sont éleveurs de races Limousine, Berrichon du Cher, Charollaise, Charmoise et Dorset Down. Cinq éleveurs creusois de moutons sont du rendez-vous de la Porte de Versailles, qui démarre samedi 22 février.

Agneau charollais
Agneau charollais © Maxppp - Christian Watier

Le salon de l’agriculture de Paris démarre ce samedi. Pour la première fois, la Creuse tient un stand de spécialités locales.

Ce qui ne change pas, c’est la présence d’éleveurs creusois engagés dans les différents concours. Parmi eux, 5 éleveurs de moutons, dont Claude Vangeon, installé à Boussac-Bourg.

Claude Vangeon avec les quatre béliers qui concourront mardi à Paris - Radio France
Claude Vangeon avec les quatre béliers qui concourront mardi à Paris © Radio France - Fabien Arnet

Avec sa femme et son frère, Claude Vangeon élève des Romanes et des Berrichons du Cher... il en a près de 600.

Pour son quatrième salon, il va présenter mardi quatre béliers et trois agnelles, des Berrichons du Cher, une race à viande où les mâles peuvent dépasser 100 kilos. Il les a sélectionnés depuis des mois, et il les prépare depuis quelques semaines. "On les pousse un peu plus au niveau alimentation pour qu'ils soient un peu plus jolis. On a choisi des bêtes déjà bien conformées et bien charpentées."

Une "finition" au chalumeau

Dans la perspective du concours, l'aspect général des moutons est minutieusement soigné... avec des techniques parfois surprenantes : "On présente des animaux en laine et des animaux tondus. Les "tondus" l'ont été il y a 3 semaines pour laisser une petite repousse de laine. On va les laver pour qu'ils soient  bien blancs. Pour les animaux présentés en laine, on fait tout ce qui est superflu, le dessous du ventre, le bas des pattes, et _pour le restant de la toison on passe un petit coup de chalumeau, léger, de façon à brûler les mèches de laine qui dépassent un peu trop. C'est une technique qu'on se transmet d'un éleveur à l'autre_."

La race charmoise - Maxppp
La race charmoise © Maxppp - Christian Watier

Claude Vangeon a "pris goût au salon. Je n'y vais pas pour me faire remarquer, mais il y a certains éleveurs qui ont vendu des bêtes relativement cher au salon, après bon je ne suis pas sûr qu'il y a de vraies retombées. Après on ne sait pas, il y a quand même des acheteurs qui nous appellent pour avoir un bélier, ça peut être parfois grâce au salon, on ne sait pas toujours."

"C'est facile de communiquer sur le mouton"

De son côté, Clément Lerousseau, 22 ans, installé à Gioux, présente deux brebis "pour la beauté du geste", il ne participera à aucun concours, il représente les cinq races du Massif Central. "Le mouton attire les gens, surtout les enfants. Pour communiquer c'est assez simple, le mouton a une bonne image, environnementale. La brebis limousine est rustique, elle nous permet d'entretenir l'espace dans nos régions."

La race Dorset Down - Maxppp
La race Dorset Down © Maxppp - Christian Watier

Les trois autres éleveurs creusois de moutons sont : Martine Roux (Lussat, race charmoise), Régis Mathivet (Saint-Médard-la-Rochette, race charolaise) et François Bourdier (Dun-le-Palestel, race Dorset down).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu