Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : Salon de l'agriculture 2016

Comprendre la crise agricole : la filière bovine

-
Par , France Bleu

Surproduction mondiale de lait, hausse des charges, baisse de la consommation de la viande de bœuf… Les éleveurs bovins ont fait part de leur détresse en 2015 face aux nouvelles difficultés traversées par une filière déjà fragilisée.

Lait, viande : quels facteurs de la crise de la filière bovine ?
Lait, viande : quels facteurs de la crise de la filière bovine ? © Maxppp
Aucun(e)

Une surproduction massive

L’année 2015 a été particulièrement difficile pour les producteurs laitiers. La fin des quotas, fixés par l’Union européenne pour limiter la production et stabiliser le cours du lait, fin avril 2015, a engendré un phénomène mondial de surproduction.

Phénomène d’autant plus important que la Chine a brusquement diminué ses importations et que l’embargo imposé par la Russie à la France pour raisons diplomatiques a conduit d’autres producteurs européens à la concurrencer pour approvisionner le marché russe en lait. Un contexte qui a généré une baisse momentanée du prix du lait.

Des marges redistribuées inéquitablement

Au-delà de cet élément de contexte, un déséquilibre de fond persiste entre les éleveurs laitiers et le reste de la filière. En 2001, le litre de lait se vendait en grande surface 0,56 euros (en moyenne). En 2015, ce prix se situe à 0,74 euros (moyenne sur les huit premiers mois de l’année), soit une augmentation de 25%. Pourtant, la rémunération des producteurs est sensiblement identique à celle de 2001. Cette hausse a donc davantage profité aux transformateurs et aux distributeurs qu’aux agriculteurs.

Aucun(e)

Une consommation en baisse

Les producteurs de viande de bœuf sont confrontés à une baisse de la consommation. Selon l’organisme statistique du ministère de l’Agriculture, la viande au détail est devenue trop chère pour une partie des consommateurs français, qui se rabattent sur la viande hachée fraîche, vendue à un prix plus abordable. Une transition des modes de consommation qui se répercute sur le chiffre d'affaires des éleveurs.

Des coûts de production trop élevés

Au-delà d’une baisse de consommation des morceaux les plus nobles, les producteurs de viande sont confrontés à un problème plus structurel. Pour les éleveurs bovins, la crise ne provient pas tant des prix, qui sont en hausse dans les étalages, que de la redistribution des bénéfices. Après plusieurs années de hausse, les marges des éleveurs sont de nouveau reparties à la baisse en 2014 et 2015, alors que celles des transformateurs et des distributeurs ont toutes les deux augmenté. C'est notamment ce qui a entraîné les éleveurs à se joindre aux manifestations agricoles l'été 2015.

La situation est d’autant plus critique que les éleveurs ne parviennent plus à assumer leurs coûts de production. Les producteurs bovins ont vu leurs charges d'exploitation s’accroître entre 2002 et 2014 (alimentation et fourrage pour les animaux, frais de vétérinaire...) alors que le bénéfice a peu à peu diminué. Cette tension financière a d’autant plus été aggravée par les investissements nécessaires ces dernières années, pour se soumettre aux normes sanitaires, mais également tenter de rester compétitifs. Des charges financières supplémentaires à cause desquelles les éleveurs, à cours de trésorerie, ne peuvent plus assurer la viabilité de leurs exploitations.

>> Retrouvez notre décryptage complet pour comprendre la crise agricole filière par filière