Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Confinement - Coronavirus : le coup de gueule d'un producteur bio contre la fermeture des marchés

Le Buret, France

Pour enrayer la propagation de l'épidémie de coronavirus, le gouvernement a décidé de prendre des mesures de sécurité supplémentaires. Parmi elles, l'interdiction des marchés ouverts. Une décision qui agace un producteur bio en Mayenne.

La question de l'ouverture des marchés pendant le confinement est à l'initiative des maires
La question de l'ouverture des marchés pendant le confinement est à l'initiative des maires © Radio France - TARDIVON JC

Les marchés alimentaires en plein air, c'est terminé. Jusqu'à nouvel ordre. Jusqu'à la fin du confinement. Les Préfectures pourront donner, à titre exceptionnel, des dérogations à certaines communes en fonction des demandes des élus et des besoins de la population. Le marché hebdomadaire, dans de nombreux secteurs ruraux des Pays de la Loire, est, pour beaucoup d'habitants, le seul moyen de ravitaillement en produits frais, en fruits et en légumes. 

La décision du gouvernement est incompréhensible estime Arnaud Bignon, producteur bio installé au Buret près de Meslay-du-Maine : "je suis un petit producteur, je vends sur des petits marchés en Mayenne. Nous sommes quelques-uns à ne pas vendre dans les grandes surfaces et donc on se retrouve bloqué. J'envisage de jeter du lait car je fais des fromages. On réfléchit aussi à un système de livraisons,de commandes par internet, par téléphone. Nos clients n'achètent que sur des marchés. Ils sont sérieux, responsables, ils respectent les mesures. Mais il y a des gens qui n'en ont rien à cirer sur des gros marchés ou dans les supermarchés. Nos clients, ils font leurs courses une fois par semaine". 

Il y a des producteurs qui jettent leurs produits, on risque une pénurie"

Arnaud Bignon lance un appel aux Ligériens, un appel au soutien d'une filière qui joue gros en cette période de crise sanitaire : "il faut que les gens soutiennent les paysans, soutiennent l'agriculture, soutiennent nos bonnes productions, continuent à en consommer. Il faut faire très attention. Si les producteurs commencent à jeter, il n'y aura plus rien à bouffer". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu