Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : les pépiniéristes redoutent une année catastrophique

La crise sanitaire pourrait être une catastrophe pour les pépiniéristes. Si les plants potagers sont autorisés à la vente sous conditions, c'est interdit pour les plants fleuris. Parmi les 314 entreprises horticoles des Pays de la Loire, certaines pourraient ne pas s'en remettre.

Cette crise sanitaire est une catastrophe pour les pépiniéristes des Pays de la Loire
Cette crise sanitaire est une catastrophe pour les pépiniéristes des Pays de la Loire © Maxppp - SYLVIE CAMBON

Les pépiniéristes sont autorisés à vendre des plants potagers, mais pas les fleuris, et seulement à distance, via des systèmes de drive, ou dans les marchés autorisés par dérogation préfectorale. Pour la filière horticole, qui représente 3.800 emplois en Pays de la Loire, l'année 2020 s'annonce catastrophique. "En Loire-Atlantique, on a déjà perdu un tiers des jardineries ces 15 dernières années, explique Didier Delhommeau, président de l'Union des producteurs horticoles de Loire-Atlantique. Les mois de mars avril et mai représentent 50% de notre chiffre d'affaires". 

Prévoir l'automne

"J'ai jeté deux semaines de production", confie l'horticulteur, qui espère bien vendre ses plants potagers. Pour limiter la casse, même si l'année entière risque d'être bouleversée par la crise crise sanitaire provoquée par le coronavirus. "Si on n'arrive pas à payer nos fournisseurs de jeunes plants pour l'automne, notamment pour la culture de chrysantèmes, c'est encore une baisse de 30% de notre chiffre d'affaires", estime Didier Delhommeau. 

D'autant que la profession était déjà fragilisée par plusieurs années difficiles dues aux intempéries notamment. Cette année, "tous les voyants étaient au vert", souligne Joël Lemaître, pépiniériste à Carquefou, près de Nantes. "On a eu de la bonne pluie, il a plu suffisamment, les gens vont avoir envie de planter, et là franchement, on avait pensé à tout mais là..." Et c'est pour toute la filière que l'horticulteur s'inquiète. "Les fleuristes ne peuvent pas vendre, certaines jardineries ne peuvent pas vendre non plus, les paysagistes ne peuvent pas planter... C'est tout un ensemble de filières qui est en train de souffrir, et cela suscite beaucoup d'angoisse."

Drives et marchés autorisés

Avant de pouvoir racheter des pots fleuris, vous pouvez toujours soutenir les horticulteurs en achetant des plants potager en drive, en livraison ou sur les marchés autorisés par arrêté préfectoral. Cela peut aussi être le moment de se lancer dans un potager, une manière aussi d'occuper les enfants en cette période de confinement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu