Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Contre la peste porcine, les premières battues, une clôture et un ministre à Margut

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Le ministre de l’Agriculture vient constater l’avancée de l’installation de la clôture anti-peste porcine dans les Ardennes ce vendredi 25 janvier 2019. Didier Guillaume se rend notamment à Margut où une première battue aux sangliers est organisée.

19 sangliers ont été tués au cours de cette première battue anti-peste-porcine africaine
19 sangliers ont été tués au cours de cette première battue anti-peste-porcine africaine © Radio France - Alexandre Blanc

Margut, France

Deux semaines après avoir rencontré éleveurs, chasseurs et services de l’Etat à Sedan et s’être rendu en Belgique pour constater le dispositif anti-peste porcine mis en place en Wallonie, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume revient dans les Ardennes ce vendredi 25 janvier 2019. 

Didier Guillaume et René Collin, ministres français et wallon de l'Agriculture, devant une clôture anti-peste porcine - Radio France
Didier Guillaume et René Collin, ministres français et wallon de l'Agriculture, devant une clôture anti-peste porcine © Radio France - Alexandre Blanc

Il se rend notamment à Margut où une clôture grillagée est en cours d’installation. C’est aussi autour de ce village près de Carignan que la première battue aux sangliers ardennaise est organisée ce vendredi. 

Eviter que la peste porcine africaine ne traverse la frontière

Le 9 janvier dernier, deux sangliers porteurs de la peste porcine africaine ont été retrouvés en Belgique près de la frontière à quelques centaines de mètres de la frontière française. Sur les 350 animaux malades recensés en Belgique depuis le mois de septembre, ce sont les premiers cas décelés en-dehors de la zone-tampon.

Conséquence, le périmètre concerné par les mesures de prévention s’élargit à la Meuse et aux Ardennes. Une clôture longue de 43,3 km est en cours d’installation depuis lundi 21 janvier 2019, à environ 6 km de la frontière belge. Elle sera prolongée ensuite vers l’est, en Meurthe-et-Moselle. Entre cette barrière et la Belgique, une zone blanche de 141 km² est instaurée. L’objectif est d’y éradiquer les populations de sangliers

Les mesures de prévention anti-peste porcine africaine - Aucun(e)
Les mesures de prévention anti-peste porcine africaine - Ministère de l'Agriculture

En effet, la clôture n’est pas totalement étanche. Il reste des points de passage. Pour éviter que des sangliers français non contaminés ne rentrent en contact avec des animaux belges potentiellement atteint, il faut créer un vide sanitaire

Premières battues

Ce vendredi 25 janvier, une battue aux sangliers est organisée sur les communes ardennaises d’Auflance, de Sapongne-sur-Marche et de Moiry. C’est la deuxième opération de ce genre côté français. La première battue anti-peste procine africaine en France s’est déroulée ce jeudi 24 janvier 2019, à Breux, dans la Meuse, une commune limitrophe des Ardennes.

REPORTAGE : première battue anti-peste porcine africaine en France

210 personnes y ont pris part, des chasseurs, des lieutenants de louvèterie mais aussi des agents de l’Office national des Forêts et de l’Office national de la Chasse et de la Faune sauvage. 19 sangliers ont été abattus sur les 66 aperçus au cours de la journée. 

19 sangliers ont été tués au cours de cette première battue anti-peste-porcine africaine - Radio France
19 sangliers ont été tués au cours de cette première battue anti-peste-porcine africaine © Radio France - Alexandre Blanc

Pour les chasseurs, c’est un crève-cœur car exterminer les sangliers sur cette zone revient à se priver de chasse dans les années à venir. Mais c’est une nécessité sanitaire. Le moindre cas de peste porcine décelé en France mettrait un coup d’arrêt à l’activité des élevages porcins. Les chasseurs reçoivent en compensation une prime de 100 euros par sanglier abattu.

Les animaux tués partent directement à l’équarrissage. Seuls les cas suspects, les sangliers trouvés morts sans avoir été tirés se voient prélever des organes afin d’être analysés en laboratoire. A ce jour, côté français, aucun cas de peste porcine africaine n’a été décelé

La clôture avance

Dans le même temps, sur le même secteur, l’installation de la clôture progresse dans des champs enneigés. La tranchée pour enterrer le grillage sur cinquante centimètres est creusée. Les piquets sont en train d’être plantés.