Agriculture – Pêche

La nouvelle affiche de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne "interpelle" les végans

Par Morgane Schertzinger, France Bleu Périgord et France Bleu mercredi 22 mars 2017 à 18:31

La nouvelle affiche de la Coordination rurale, un brin provocatrice, un brin humoristique.
La nouvelle affiche de la Coordination rurale, un brin provocatrice, un brin humoristique. - Coordination Rurale 47

La Coordination rurale du Lot-et-Garonne a trouvé une nouvelle cible pour sa campagne de communication : les végans. Le syndicat pointe du doigt ceux qui ont décidé de ne plus consommer d'aliments issus d'animaux.

"Pour sauver un paysan, mangez un végan", voici la nouvelle affiche de communication de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne. Un brin provocatrice, elle pointe clairement du doigts les végans, ceux qui ont fait le choix de ne plus manger d'aliments issus d'animaux ou de leur exploitation.

"Interpeller les végans"

Un mode de vie qui dépasse totalement le syndicat de la Coordination rurale. Ils ont donc décidé de sortir l'affiche qu'ils avaient en tête depuis quelques mois. "Maintenant, il y a les végans qui s'opposent aux éleveurs au niveau des abattoirs", rappelle Patrick Franken, le président du syndicat en Lot-et-Garonne. "Ça fait un moment qu'on avait envie de les interpeller et de faire naître le débat."

De là est alors née cette affiche "humoristique" qui, ne montre pas "une volonté d'en découdre avec les végans", mais de les "interpeller." "On sent bien qu'ils sont prêts à tout pour défendre leur cause", insiste-t-il. "Et la théorie végan qui veut que les humains soient l'égal de l'animal et inversement, ça c'est quelque chose qu'on ne peut pas accepter."

On ne peut pas mettre les animaux et les humains au même niveau

— Patrick Franken, président de la CR du Lot-et-Garonne

Cette affiche, publiée sur internet et bientôt installée au bord des routes du Lot-et-Garonne, a déjà fait réagir sur le réseau social Twitter, notamment le défenseur de la cause animale, Aymeric Caron.

A cette remarque, Patrick Franken rétorque que la Coordination "ne va pas jusque là" et ne tient pas les végans pour responsables de la crise actuelle du monde paysan.