Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Indre-et-Loire : la Confédération Paysanne propose des mesures pour aider les agriculteurs

-
Par , France Bleu Touraine

La Confédération Paysanne a formulé 24 mesures concrètes pour assurer la continuité de l’activité agricole et de l’approvisionnement alimentaire pendant la crise Covid-19. En Indre-et-Loire, comme dans de nombreux départements, de nombreux agriculteurs souffrent très fortement de cette crise.

Gaëlle Cavelier et Romain Henry sont apiculteurs en Indre-et-Loire près de Chinon
Gaëlle Cavelier et Romain Henry sont apiculteurs en Indre-et-Loire près de Chinon - Gaëlle Cavelier

Les petits agriculteurs sont au bord de l'implosion et demandent de l'aide à l'Etat. Face à la crise sanitaire du coronavirus et au confinement, ils souffrent de la fermeture des marchés, de la modification des conditions de ventes mais aussi des problèmes de garde d'enfants en pleine période de récoltes.

La Confédération Paysanne a donc lancé 24 propositions pour assurer l’activité agricole et alimentaire pendant la crise. Parmi elles par exemple le renforcement des services de remplacement en cas de maladie d'un agriculteur ou des dérogations pour le maintien de tous les marchés.

Des propositions relayées en Indre-et-Loire notamment. L’une d’entre elle est très attendue par les familles d'agriculteurs : l'inclusion des paysans sur la liste des professionnels prioritaires pour l’accueil de leurs enfants comme c'est le cas pour les soignants.

Depuis maintenant près d'un mois et demi Gaëlle Cavelier et Romain Henry apiculteurs près de Chinon doivent essayer de faire l'école à leurs deux filles à la maison. Mais en pleine de récoltes, il très difficile de récolter le miel sur les 200 ruches de l'exploitation et assurer en même temps l'école pour leurs deux filles l'une de 9 ans et l'autre au lycée. 

"On travaille dans un champ à 4, 5, 10 kilomètres autour de la maison et quand on s'en va c'est pour toute la journée ! Pour les enfants un mois c'est déjà compliqué alors deux mois, on ne peut pas laisser des enfants deux mois tout seuls, toute la journée !", s'exclame cette ancienne infirmière qui décrit un quotidien très stressant. 

"On fait un choix : soit on est auprès de nos enfants, soit on laisse tomber complètement la production au risque de rater toutes les récoltes de cette année, de mettre en péril sa ferme et de ne pas pouvoir fournir" Gaëlle Cavelier

D'autant que les ventes sont en chute libre à cause du confinement. Pour Gaëlle il faut que l'Etat prenne vite en charge les enfants des paysans dans les écoles. Il en va selon elle de la survie de tout un secteur.

Rouvrir les marchés et mieux anticiper les remplacements des paysans malades

Pour Frédéric Gervais, porte-parole de la Confédération paysanne, pour permettre aux agriculteurs de s'en sortir, il faut également pouvoir rouvrir les marchés, "pour permettre à tous les produits de tous les producteurs d'être vendus car il n'est pas tolérable aujourd'hui d'entendre des producteurs qui soient obligés de diminuer leur production voire de jeter leur production parce qu'ils ne peuvent pas les vendre" s'insurge-t-il. Frédéric Gervais insiste également sur la nécessité de la mise en place de la réduction obligatoire des volumes de la filière laitière bovine.

Certain·es, notamment en élevage, sont aussi inquiets de leur remplacement pour assurer l'astreinte auprès de leurs animaux, si beaucoup d'éleveurs tombaient malades en même temps. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu