Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus et confinement : comment les éleveurs tentent de réduire la production de lait de leurs vaches

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Les ventes de lait sont en forte baisse, en raison du coronavirus et du confinement. La filière prend des mesures en Pays de Savoie pour éviter un effondrement du marché. Interview du président de la Chambre d'agriculture de la Savoie.

vache de race tarentaise (tarine)
vache de race tarentaise (tarine) © Radio France - Bleuette Dupin

C’est l’une des nombreuses conséquences du coronavirus et du confinement : les éleveurs laitiers ont du mal à écouler leur production de lait. L’interprofession laitière des Savoie (elle réunit des éleveurs, des transformateurs, des vendeurs etc.) décide donc une baisse de 10 à 20% de la production. Interview du président de la Chambre d'agriculture de la Savoie, Cédric Laboret, pour comprendre la situation.

Pourquoi les producteurs de lait n’arrivent plus à écouler une partie de leur production ?

Cédric Laboret, président de la Chambre d'agriculture de la Savoie : Il y a trois facteurs. Premièrement une tension au niveau des ateliers laitiers. Des salariés ne peuvent pas venir travailler, ils restent confinés chez eux, ou autre, donc il y a moins de monde pour travailler le lait. Deuxièmement, en terme d’écoulement, on perd le mois de mars avec les stations qui ont fermé prématurément, alors que cette période touristique est importante pour nous, au niveau des ventes de fromages de Savoie. Et troisièmement, d’après les transformateurs de lait, il y a une baisse générale de vente des produits laitiers a priori assez importante sur l’ensemble des commerces. Les vaches mangeront à leur faim mais on va adapter les rations pour qu’elles produisent moins

Pour éviter un effondrement du marché il a donc été décidé de baisser la production de lait de 10 à 20%. Comment fait-on pour qu’une vache produise moins ? 

Ce n’est pas si facile que ça. C’est pour ça que la baisse demandée aux producteurs n’est pas de 50%, ça ne serait pas possible. La baisse va se faire de plusieurs façons : il y a des vaches qui auront des périodes de tarissement. La dernière période de gestation de la vache on laisse l’animal totalement au repos. On la laisse se reposer avant de recommencer une nouvelle lactation, donc cette période va s’allonger. En règle générale elle est de deux mois, mais là elle sera de trois ou quatre mois pour certains animaux. Cela permettra de limiter le volume de lait dans les fromageries.  Et puis on va aussi jouer sur l’alimentation des animaux, pour faire en sorte qu’ils produisent moins. Bien sûr les vaches mangeront à leur faim mais on va adapter les rations pour qu’elles produisent moins. 

Certains éleveurs vont-ils se retrouver en difficulté sur un plan économique ?

Si ça ne dure pas plus d’un mois, si la crise derrière ne s’amplifie pas avec des surstocks et donc une nécessité de brader les produits alors les exploitations en règle générale seront capables d’avaler cette baisse. Mais on a quand même des exploitations plus fragiles qui seront en danger, il faudra y faire attention. En seulement quelques semaines nous sommes passés de : « on manque de lait », à « on a trop de lait »

Vous êtes éleveur laitier dans les Bauges depuis près de 20 ans, avez-vous déjà vécu une telle situation, avec cette nécessité de devoir baisser la production de lait ?

Une baisse aussi soudaine, jamais ! C’est quelque chose d’exceptionnel qui est arrivé du jour au lendemain. On était sur des marchés hyper porteurs pour nos produits de Savoie, avec même une tension sur le volume de lait produit, il n’y en avait pas assez. En seulement quelques semaines nous sommes passés de « on manque de lait » à « on a trop de lait »…je n’ai jamais vu ça sur une période aussi courte. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu