Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus et confinement : "On est obligé de jeter du lait tous les jours"

Le confinement général imposé pour ralentir la progression du coronavirus impacte les agriculteurs de Bourgogne-Franche-Comté. En Côte-d'Or, un jeune producteur de lait est contraint de jeter du lait tous les jours à cause de la fermeture des restaurants et des cantines.

traite des vaches - illustration
traite des vaches - illustration © Maxppp - Vincent Voegtlin

Pour les agriculteurs de Bourgogne-Franche-Comté, le confinement se passe dans leurs exploitations où le travail continue. Les plantations poussent et les animaux continuent d'avoir besoin de soins et de traite pour les vaches notamment. La différence avec une période normale se joue au niveau de la vente de la production. 

Sale période pour les producteurs de lait

Nicolas Michaud produit essentiellement du lait, des céréales et des pommes de terre (pour Mac Cain) dans son exploitation de Pagny-le-Château, en Côte-d'Or. Si pour les céréales, les impacts seront limités car la production part ensuite en coopérative, en revanche, c'est beaucoup plus difficile pour le lait. Depuis une semaine, il est même contraint de jeter du lait quotidiennement. Son fromager est en effet victime de la fermeture des restaurants et des cantines. Impossible dans ces conditions d'écouler les produits.

La vente à la ferme ? 

Le ministre Il y a des régions où ça cartonne, comme dans l'Ouest du pays. L'avantage, c'est que cela permet de faire ses courses en évitant la foule. Mais Nicolas Michaud, lui, n'y est pas franchement favorable. Cela va en contradiction avec le confinement imposé et risque de faire circuler le virus de ferme en ferme. 

La grande distribution ? 

Les syndicats agricoles sont en négociation avec la grande distribution pour essayer d'écouler la production française, mais il va falloir revoir les contrats passés avec les centrales d'achats pour permettre de laisser une place à nos agriculteurs dans les rayons. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu