Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : face au manque de main d'œuvre, les agriculteurs demandent de l'aide en PACA

Pour pallier l'absence des travailleurs étrangers dur à la pandémie de coronavirus, une plateforme a été lancée pour trouver des volontaires qui pourraient aider les agriculteurs de PACA à récolter leurs productions.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Maxppp - ©Jean-Marc Quinet

Comme un peu partout en France, les agriculteurs de la Région Sud ont besoin d'aide. En cause : le manque de main d'oeuvre. En effet, la fermeture des frontières françaises décidées dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 a rebattu les cartes, cette année. Les professionnels doivent faire sans les travailleurs étrangers employés habituellement pour les récoltes.

Dans ce contexte, Didier Guillaume, le ministre de l'Agriculture, a appelé notamment les Français sans activité à travailler aux côtés des agriculteurs en difficultés. L'objectif est de limiter la casse, car le manque de main d'œuvre a déjà causé de grosses pertes. C'est le cas, par exemple, en horticulture, dans les Alpes-Maritimes : "Sur le "06", on est à plus de 4 millions d'euros de perte, déplore Patrick Lévèque, le président de la FDSEA et de la Chambre d'Agriculture des Bouches-du-Rhône. Et ça, c'est parce qu'il n'y a pas assez de monde dans les champs."

Inquiétude autour des prochaines récoltes

Dans les Bouches-du-Rhône, si la plus grande partie des dernières récoltes a pu être sauvé, les prochaines pourraient ne pas l'être, s'inquiète Patrick Lévèque. "Dans les prochaines semaines, il va nous falloir du monde dans les exploitations arboricoles maraîchères." Il faudrait, dans le département, 8.000 paires de bras pour combler l'absence des travailleurs étrangers estime l'intéressé : "Si on n'a pas cette main d'oeuvre, les fruits resteront sur les arbres."

Les agriculteurs français peuvent compter notamment sur les 40.000 personnes qui se sont inscrites sur la plateforme Internet desbraspourtonassiette.wizi.farm. C'est ce qu'a fait Laurent, 41 ans : "C'est quand même les agriculteurs qui nous nourrissent. Ils sont souvent dans la difficulté, donc venir les aider, ça me paraît naturel", explique l'enseignant-chercheur de l'Université d'Aix-Marseille.

En effet, si Laurent a décidé de s'inscrire sur le site, c'est parce qu'il veut apporter sa pierre à l'édifice. "Je suis en télétravail et j'ai un peu de temps libre. Comme je ne suis pas qualifier pour aider dans les hôpitaux, là où je peux être utile, c'est sans doute dans les champs", souligne l'intéressé qui trouve également un autre point positif : "Dans cette période de confinement, c'est aussi une occasion de sortir un peu, de toucher un peu à des choses qui nous ramène à la terre."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu