Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les producteurs AOP appellent à "sauver le patrimoine fromager"

Alors que le confinement dû au coronavirus dure depuis plus de deux semaines, le président du conseil national des appellations d'origine laitières alerte sur la situation catastrophique des producteurs. Il en appelle aux consommateurs et à l'Etat pour sauver le patrimoine fromager national.

L'arrêt des ventes menace les producteurs AOP.
L'arrêt des ventes menace les producteurs AOP. © AFP - Gilles Targat

Les producteurs de fromage souffrent du confinement. En pleine crise sanitaire due au coronavirus, le président du conseil national des Appellations d'origine laitières (fromages AOP, crème beurre) alerte sur la situation économique catastrophique du secteur, en Normandie et en France. La baisse des ventes peut représenter 80% voire 100 % de la production pour certaines PME et les producteurs fermiers.

Selon Michel Lacoste, cette chute des ventes s'explique par deux phénomènes : "Le premier phénomène, c'est que nos consommateurs qui prennent nos produits d'habitude pour le plaisir et le goût se sont orientés vers les produits de premières nécessités, analyse-t-il. La deuxième raison, c'est que les principaux lieux de vente de nos produits, que sont à la fois les marchés ouverts et les rayons à la coupe, et qui représentent 50% des ventes de nos AOP, sont fermés pour la plupart."

Nos consommateurs se sont orientés vers les produits de premières nécessités.

La situation est dramatique pour les PME, les TPE et les producteurs fermiers qui n'ont pas la capacité de réorienter leur lait vers d'autres fabrications. Dans cette situation, les fromages de la Normandie sont tous touchés à des degrés différents, suivant leur appellation. "Le Neufchâtel, qui a une production fermière très importante, est extrêmement touché, alors qu'un camembert, qui est un produit dans une boîte, est un produit rassurant pour le consommateur. Mais même dans le camembert, nombre de producteurs fermiers n'ont pas vendu un seul fromage de la semaine et sont dans une situation catastrophique, avec une exploitation et des salariés présents. Il n'y a aucune appellation épargnée", s'inquiète Michel Lacoste. 

J'en appelle à tous les consommateurs pour avoir une solidarité. Le coronavirus ne peut pas détruire notre patrimoine.

Le principal problème est de trouver des débouchés pour la production laitière et éviter de jeter. Michel Lacoste en appelle donc à l'Etat pour trouver un accompagnement financier. Il en appelle également aux consommateurs. "Derrière les AOP, c'est une attaque à notre culture et à notre territoire, parce que les Appellations d'origine protégées ne sont pas que de l'alimentaire. C'est du sens, de l'Histoire millénaire dans certains cas. Ce sont des savoir-faire, rappelle le président du conseil national des Appellations d'origine laitières. On ne peut pas laisser la crise détruire cette histoire de la France. J'en appelle à tous les consommateurs pour avoir une solidarité. Le coronavirus ne peut pas détruire notre patrimoine".

Il en appelle aux consommateurs "pour avoir un sursaut" et consommer des produits d'appellation d'origine protégées. "Derrière ces AOP, il y a des hommes et des femmes qui travaillent sur des territoires difficiles, avec des savoir-faire particuliers, qui perpétuent des traditions. Nous ne pouvons pas laisser perdre ces valeurs qui sont les valeurs de la France."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu