Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : "l'agriculture a besoin d'un patriotisme économique!"

-
Par , France Bleu Bourgogne

La fermeture de beaucoup de marchés, des restaurants et des collectivités pénalise les agriculteurs de Bourgogne-Franche-Comté. Quelles solutions mettre en oeuvre pour éviter un désastre ? On fait le point avec Christian Decerle, président de la chambre régionale d'agriculture.

C'est - littéralement - une année de vaches maigres pour l'agriculture française.
C'est - littéralement - une année de vaches maigres pour l'agriculture française. © Radio France - Léo Corcos

Le gouvernement demande à la grande distribution de travailler avec les producteurs locaux. Concrètement comment on fait ? 

Le gros des volumes passe par les grands distributeurs. Il y a besoin en cette période très particulière d'un patriotisme économique en privilégiant les produits de proximité. Mais les choses ont de l'inertie. Je crois que la volonté existe. Mais lorsqu'on travaille sur des produits frais et périssables, il faut à la fois de la réactivité et la promptitude, mais le tout d'un univers de complexité. Il y a une réalité qui s'impose. Par exemple, pour la production ovine, une entreprise est passée d'une commande de 1 800 agneaux préparés pour les fêtes de Pâques à 300. 1 500 ont été décommandés! Les marchés de consommation se désorganisent

Y a t'il des productions saisonnières qui sont en péril dans notre région à cause du manque de main d'oeuvre? 

Dans le secteur qui n'a pas directement le statut agricole, parce que ce n'est pas de l'alimentation, c'est le secteur horticole qui souffre le plus chez nous. Sinon au niveau de la collecte, nous ne sommes pas la région la plus touchée car nous sommes au mois de mars.

On n'entend pas beaucoup les agriculteurs depuis le début de la crise du coronavirus. Pourquoi ce silence ? 

Pendant la première semaine, voire les dix premiers jours, ce n'est pas une période assez longue pour noter que le système se dérègle. En revanche, si la période de confinement dure jusqu'à fin avril, cela risque d'être plus compliqué. C'est pour ça qu'on a besoin de la continuité de la coopération de tous les acteurs. En tant normal, ça fonctionne mais là, on rentre dans une période de désorganisation et il ne faut pas perdre de vue qu'avec les frontières fermées, l'alimentation redevient avec d'autres enjeux, une pièce maîtresse de la vie des Français. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu