Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les supermarchés tendent la main aux producteurs locaux

Les grandes surfaces affichent leur soutien aux producteurs locaux en ces temps de crise. Plusieurs d'entre elles proposent de racheter leur marchandise, faute pour ces agriculteurs de pouvoir l'écouler sur les marchés ou dans les restaurants. Illustration à Bourg Achard, dans l'Eure.

"Le consommateur va aussi retrouver le goût de nos productions locales", explique Gilles Gréaume, le directeur d'Intermarché à Bourg Achard (photo d'illustration)
"Le consommateur va aussi retrouver le goût de nos productions locales", explique Gilles Gréaume, le directeur d'Intermarché à Bourg Achard (photo d'illustration) © Maxppp - Alexis Sciard / IP3

Dans les allées de l'Intermarché de Bourg Achard, les hauts parleurs diffusent, entre deux chansons, un message de soutien aux producteurs locaux et les invitent à contacter le magasin pour se faire connaître. A une dizaine de kilomètres de là, à Moulineaux, Christophe Saunier est brasseur artisanal. Il produit toute une gamme de bières locales, sous la marque La Mousse des Temps. Habituellement, ses clients sont des restaurants et des cavistes. Mais depuis qu'ils sont fermés, les bouteilles s'accumulent dans l'atelier de production de Christophe Saunier. Il n'a donc pas hésité à saisir la main tendue d'Intermarché: "C'est une _bouffée d'oxygène_! Depuis bientôt trois semaines, il n'y a plus une bière qui sort de la maison donc leur aide est vraiment précieuse".

Christophe Saunier a livré près de mille bouteilles au supermarché. Au tarif habituel. Le magasin n'a pas cherché à négocier les prix. "Nous, on veut aider les producteurs locaux", explique Gilles Gréaume, le directeur d'Intermarché à Bourg Achard, qui rappelle au passage que l'enseigne a l'habitude de travailler avec certains d'entre eux. "On veut qu'ils survivent, donc il est hors de question de négocier ou brader la marchandise"

Producteur de fruits à Caumont, près de Bourg Achard également, Hervé Chavoutier a livré 400 kilos de pommes à Intermarché. Mais il s'est  obligé à fixer un prix plancher, soit 1 euro le kilo. "Quand on demande de l'aide, on rabaisse un peu ses prétentions tarifaires. On essaie de proposer des prix plus que compétitifs."

Un partenariat "gagnant gagnant"

Le producteur de pommes a hâte de retrouver ses marchés de Sotteville lès Rouen, Pont Audemer et Louviers. Au contraire, le brasseur de Moulineaux se dit que ce peut être le début d'une collaboration avec Intermarché : "Le contact a été agréable et constructif"

Le directeur du magasin, lui même issu d'une famille d'agriculteurs, espère aussi renforcer le contact avec les petits producteurs, à l'issue de la crise. "On est pris par moments, nous la grande distribution, pour des _ogres_, des vilains mais je pense que si on réussit à recréer le lien entre les producteurs et les distributeurs, ça ne pourra être que bien."

Gilles Gréaume reconnaît que cette main tendue vers les petits producteurs est  une "bonne pub" pour l'enseigne. Même si il préfère parler de partenariat "gagnant gagnant". Il pense également au "consommateur en bout de ligne, qui va retrouver le goût de nos productions locales."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu