Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Côte-d'Or : des visites d'exploitations agricoles pour évaluer les dégâts de la sécheresse

-
Par , France Bleu Bourgogne

Ce sont les éleveurs qui devraient payer le plus fort tribut à la sécheresse de cet été 2019 en Côte-d'Or. Pour estimer les dégâts et débloquer des aides la chambre d'agriculture, la FDSEA, les Jeunes Agriculteurs ont invité les services de l'État à visiter des exploitations agricoles.

Les éleveurs Côtes-d'Oriens vont devoir acheter du fourrage pour nourrir leurs bêtes
Les éleveurs Côtes-d'Oriens vont devoir acheter du fourrage pour nourrir leurs bêtes © Radio France - Thomas Nougaillon

Villy-en-Auxois - France

Alors que depuis le début de l’été la Côte-d'Or fait face à un nouvel épisode de sécheresse très marquée. Les 400 éleveurs laitier du département ont énormément de mal à produire du fourrage pour leurs bêtes. Les températures basses du printemps, puis le manque de précipitations cumulé aux fortes chaleurs a littéralement grillé l'herbe dans leurs champs

Première visite à Villy-en-Auxois

C'est pour constater les dégâts et tenter d'apporter des solutions financières, que ce jeudi 8 août 2019, la préfecture et la chambre d'agriculture ont lancé des visites de terrain qui doivent se poursuivre durant ce mois d'août. L'une d'elle a eu lieu chez Jean-Louis Lachot, à Villy-en-Auxois près de Vitteaux. 

Jean-Louis Lachot - Radio France
Jean-Louis Lachot © Radio France - Thomas Nougaillon

Jean-Louis Lachot

Des rendements très décevants

Jean-Louis Lachot a 220 bêtes à élever et à nourrir, certaines d'entre elles, produisent le lait pour fabriquer le fromage d'Époisses. "La situation est relativement critique puisque nous n'avons pas eu d'eau depuis ce printemps, les prairies ont donné des rendements très décevants à moins de 50% d'une année normale" explique l'exploitant.

Reportage chez Jean-Louis Lachot en compagnie de Jacky Page

Les éleveurs pris au piège de la sécheresse

Jean-Louis Lachot, le sait, il va devoir casser la tirelire pour acheter du fourrage. "Nous avons passé des commandes de produits de substitution, le surcoût sera très important, entre 20 et 25 000 euros sur notre exploitation". A l'image de Jean-Louis tous les éleveurs du département se retrouvent pris au piège de la sécheresse, tous auront ce genre de surcoût. Pour les aider la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs réclament la mise en place du dispositif "calamités agricoles" pour compenser les pertes subies. 

Antoine Carré, président des JA de Côte-d'Or (à droite) - Radio France
Antoine Carré, président des JA de Côte-d'Or (à droite) © Radio France - Thomas Nougaillon

"Des pertes de fourrage de 30 à 40% voire plus pour l'ensemble des éleveurs Côte-d'Oriens" explique Vincent Lavier, président de la Chambre d'Agriculture

Le dispositif "calamités agricoles"

Antoine Carré, président des JA de Côte-d'Or. "On va devoir faire des visites d'exploitation et des chiffrages précis pour essayer de déterminer précisément le manque de pousse d'herbe du à la sécheresse. Cela demande une certaine énergie et un certains temps mais derrière cela pourra apporter des aides assez conséquentes qui permettront aux éleveurs d'acheter de l'aliment."

"Récupérer 10 000 euros ce serait bien"

L'an passé Jean-Louis Lachot n'avait pas bénéficié de ces aides. Même s'il a prévu de partir en retraite d'ici trois semaines et de transmettre sa ferme à un jeune agriculteur, il espère que son exploitation agricole ne sera pas oublié cette année. "Si on pouvait récupérer au moins 10 000 euros ce serait bien" dit-il.