Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Côte-d'Or : du lait pour réduire le cuivre dans les vignes

mercredi 27 juin 2018 à 5:51 Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne

C'est une technique tout à fait particulière qui est utilisée dans le traitement des vignes contre le mildiou. L'emploi du lait permet de réduire les doses en fixant mieux le cuivre et rendant plus efficace. Une technique qui a séduit un viticulteur de Vignoles près de Pommard (Côte-d'Or).

Feuilles de vignes
Feuilles de vignes © Maxppp - PHILIPPE ROUAH

Dijon, France

On pourrait presque dire que le lait aide les vignes à grandir. Mais il sert surtout à réduire les quantités de cuivre, car il a une propriété : les sucres contenus naturellement dans le lait collent le cuivre, ce qui augmente son efficacité. Une technique qui a séduit un viticulteur de Vignoles près de Pommard (Côte-d'Or).

A quoi sert le cuivre ? 

Le cuivre est utilisé comme fongicide contre le mildiou qui fait pourrir les grappes, mais il a aussi un rôle dans la lutte contre l'Oïdium. Dans les vignes, on voit lorsqu'il y a eu un traitement au cuivre car c'est ce qui laisse des traces bleues sur les feuilles.  

Pourquoi vouloir le réduire ?    

Le problème, c'est qu'au fil des ans, le cuivre s'accumule parfois dans les sols acides, jusqu'à empêcher l’herbe, le blé ou même des arbres fruitiers, de pousser. Ce qui démontre que le sulfate de cuivre est un produit toxique. 

On sait aussi qu'il est nocif en cas d’ingestion et qu'il peut être irritant pour les yeux et la peau, c'est d'ailleurs pour cette raison qu'on utilise des gants, des masques et des lunettes de protection quand on le manipule. Il est aussi excessivement toxique pour les organismes aquatiques et notamment marin. D'où l'intérêt de réduire ces doses. 

Une technique qui se développe

En Côte-d'Or, un viticulteur installé près de Pommard a décidé d'employer cette technique avec du lait qu'il intègre à hauteur de 10 % dans son sulfate de cuivre tout en divisant la dose de soufre par trois. Mais ce n'est pas nouveau. Cette pratique est utilisée depuis presque dix ans en Suisse romande, même si ceux qui se sont lancés dans cette démarche ont été pris pour des "farfelus" au départ, mais les stations fédérales de recherche se sont penchées depuis sur le sujet. 

Maintenant, là bas, ce mélange avec du lait est utilisé sur plusieurs centaines d'hectares. Ceci dit, même si des produits naturels sont utilisés, on ne peut pas parler de bio, d'autant plus qu'en Suisse, l'épandage du traitement se fait souvent par hélicoptère.  

En Côte-d'Or aussi, on pratique ce mélange depuis plusieurs années , notamment du côté de Savigny-les-Beaune dans un domaine qui produit 50 000 bouteilles par an sur un peu moins de 14 hectares et qui était une peu précurseur en la matière. On verra si cela prend de l'ampleur dans les années qui viennent.