Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le + info de France Bleu Bourgogne

Côte-d'Or : les vignerons attendent le prochain coup de gel

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les vignerons côte-d'oriens attendent le prochain coup de froid dans un mélange d'angoisse et de découragement. Le mercure devrait descendre jusqu'à -1° par endroits dans la nuit de lundi 12 au mardi 13 avril 2021. De quoi donner quelques sueurs froides après la semaine dernière.

De la vigne à Puligny-Montrachet (Côte-d'Or).
De la vigne à Puligny-Montrachet (Côte-d'Or). © Radio France - Cédric Hermel

Olivier Leflaive regarde avec anxiété le peu de bourgeons qui lui restent. Le vigneron qui possède une vingtaine d'hectares de Chardonnay à Puligny-Montrachet (Côte-d'Or) attend, comme tous ses collègues, le prochain coup de froid prévu dans la nuit du lundi 12 au mardi 13 avril 2021. "On a perdu jusqu'à 80% de la récolte par endroits. C'est à en pleurer", répète-t-il, la tête basse.

Le prochain coup de froid, peut-être le coup du lapin

Son domaine, l'un des plus connus de Côte-d'Or, produit les meilleures années jusqu'à 600 000 bouteilles par an. Avec le coup de gel de la semaine dernière, la production devrait péniblement atteindre 220 000 bouteilles annuelles. En substance, son discours c'est : la béquille dans le genou a fait mal, une autre vague de froid et c'est le coup du lapin. 

"Je ne regarde pas autant la météo d'habitude" Armelle Rion, viticultrice à Vosne-Romanée

Olivier Leflaive, comme Armelle Rion, ont les yeux rivés sur la météo. "Je la regarde trois à quatre fois par jour. Après, je dois être plus anxieuse mais je ne la regarde pas autant habituellement", admet fébrilement la vigneronne de Vosne-Romanée. Elle montre son portable : "Il y a quelques heures, on attendait -1°C dans la nuit de lundi à mardi. Là on remonte à 0°C. Ça évolue sans cesse", avoue-t-elle. 

Armelle Rion produit du vin rouge à base de pinot noir, moins touché que le chardonnay d'Olivier Leflaive puisque les bourgeons de ce cépage sont sortis plus tôt, et ont donc été brûlés par le gel. Le problème, c'est comment les protéger. 

Les protections inutiles du froid

Ces images ont circulé sur les réseaux sociaux : des rangs de vignes éclairés de dizaines de points jaunes. Les viticulteurs ont utilisé des braséros pour protéger les bourgeons du froid. Le problème pour Bertrand Guillemaud, directeur technique du domaine Leflaive, c'est que cette protection n'est que partielle. Il montre une image dans son portable : c'est le relevé de chaleur de ces bougies. Elles n'éclairent qu'un mètre autour de la flamme. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"On n'en a plus de ces bougies. On en a acheté plusieurs milliers mais là, plus rien en stock. On n'a plus qu'à espérer que ça ne descende pas en dessous de zéro degré", souffle Bertrand Guillemaud. Si le mercure atteint les records de la semaine dernière, la sentence pourrait être irrévocable pour les vignes du domaine Leflaive : "le peu de bourgeons épargnés risque de partir en fumée", raconte-t-il, désemparé. 

Un ventilateur censé réchauffer la vigne à Meursault (Côte-d'Or).
Un ventilateur censé réchauffer la vigne à Meursault (Côte-d'Or). © Radio France - Cédric Hermel

Un premier bilan doit arriver cette semaine, les experts de la chambre d'agriculture se rendent sur le terrain à partir de ce lundi pour une première estimation des dégâts en Côte-d'Or. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess