Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Côte-d'Or : une affaire de maltraitrance de bovins dans l'Auxois

lundi 9 novembre 2015 à 17:17 Par Philippe Renaud et Véronique Narboux, France Bleu Bourgogne

Neuf bovins ont été retiré à leur propriétaire à Essey, entre Pouilly-en-Auxois et Arnay-le-Duc. Les bêtes étaient confinées dans un bâtiment où elles étaient sous-alimentées et ne pouvaient pas boire à volonté. Les animaux manquaient aussi de soins vétérinaires.

Essey, France

les premières alertes remontent à fin 2014. A l'époque,  les services de la protection des populations étaient intervenus après signalement d'animaux divaguant sur les routes, sans doute affamés.

En inspectant l'exploitation agricole, ils avaient constaté le mauvais état des animaux et formulé des recommandations pour améliorer la tenue de l'élevage. Ces préconisations n'ont pas été écoutées. C'est donc ce qui a amené la DDP a retirer 9 animaux à leur propriétaire. Les bêtes étaient confinées dans un local mal entretenu, sans possibilité de s'abreuver autant que nécessaire. Des animaux sous-alimentés, en manque de soins vétérinaires. Écoutez Eric Dumoulin,  le Directeur départemental de la Protection des populations. Il répond aux questions de Véronique Narboux.

Eric Dumoulin au micro de France Bleu Bourgogne

Désormais, les bovins sont accueillis dans une ferme relais de l’association OABA, une association de protection des animaux d'élevage. Ils y resteront jusqu'à ce que la justice décide de les rendre ou de les retirer définitivement à leur propriétaire.

Un homme qui sera de toute façon convoqué devant le tribunal pour répondre de mauvais traitements sur ses animaux. Au-delà de ses difficultés personnelles et financières, le directeur départemental de la protection des populations estime qu'il a fait preuve d'une grande désinvolture.