Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Côte-d'Or : viticulteurs et maraîchers contraints de s'adapter à la canicule

-
Par , France Bleu Bourgogne

Il fait excessivement chaud ces derniers jours en Côte-d'Or comme partout en France. En attendant que le mercure perde quelques degrés, dans les champs, dans les vignes les agriculteurs doivent s'adapter. Rencontre avec des maraîchers et un viticulteur à Bretenière et à Gevrey-Chambertin.

Olivier et Mélanie exploitent "Agriself" à Bretenière
Olivier et Mélanie exploitent "Agriself" à Bretenière - DR

Dijon - France

Avec 38 degrés ce mercredi, 40 prévu ce jeudi 27 juin 2019 au plus chaud de la journée, vous l'avez sûrement remarqué : il fait chaud, très chaud ces temps-ci. La Côte-d'Or est d'ailleurs placée en vigilance orange en raison de la canicule. La bonne nouvelle c'est que ce jeudi sera la plus chaude de cet épisode de très fortes températures. 

Patience, le mercure doit bientôt redescendre

Le mercure devrait redescendre petit à petit aux alentours des 29 degrés sur Dijon mercredi 3 juillet prochain selon Météo France. En attendant dans les champs, dans les vignes maraîchers et viticulteurs adaptent leurs journées et celles de leurs salariés pour faire face du mieux possible.  

"Chez nous les salariés commencent plus tôt le matin"

Exemple à Agriself à Bretenière dans le canton de Longvic. Olivier Bourgeot est le co-gérant de ce self paysan, une cueillette bio ouverte il y a 40 ans. Ici les clients viennent ramasser eux-mêmes leurs fruits et légumes. "Nous avons un protocole au niveau du personnel. On les fait commencer beaucoup plus tôt le matin et ils travaillent en journée continue pour arrêter vers midi, midi et demie. La règle de base c'est de travailler quand il fait frais. Vous imaginez travailler dans une serre quand il fait 35 degrés ? C'est impossible."  

Olivier Bourgeot

Marie-Laure et sa fille Flora  - Radio France
Marie-Laure et sa fille Flora © Radio France - Thomas Nougaillon

Les horaires de travail revus eux aussi

A Bretenière, Agriself voit passer 4 à 500 clients chaque jour en ce moment. Le self paysan fait travailler 10-12 saisonniers à plein temps de mai à septembre. Mais en ce moment l'exploitation "tourne un peu au ralenti" explique Olivier Bourgeot. "C'est difficile d'avoir la même activité qu'en temps normal quand les personnels font moins d'heures". Au niveau de la clientèle aussi les horaires ont été revus en cette période de canicule. "On ouvre dès 8 heures du matin pour que les clients puissent venir cueillir plus tôt. En contrepartie on ferme en début d'après-midi et on ouvre plus tard histoire d'éviter tous problèmes d'insolation ou tous risques liés à la canicule".

Il fait chaud à Bretenière, pourtant les cueilleurs sont là - Radio France
Il fait chaud à Bretenière, pourtant les cueilleurs sont là © Radio France - Thomas Nougaillon
Dans le magasin Agriself, les tomates - Radio France
Dans le magasin Agriself, les tomates © Radio France - Thomas Nougaillon

Avec la chaleur impossible de traiter les vignes l'après-midi

A quelques kilomètres de là à Gevrey-Chambertin, Thierry Mortet, propriétaire du Domaine Mortet exploite 8 hectares et produit 45 000 bouteilles par an. Il revient des vignes sur son tracteur enjambeur. Comment gère-t-il la canicule? "Je viens de finir de traiter de 5 heures du matin à 11 heures. Nous aussi nous sommes obligés de nous adapter. Avec la chaleur qu'il fait les traitements de la vigne doivent être appliqués le matin. Quand il commence à faire chaud, les produits n'arrivent pas atteindre les feuillages et les raisins. Ils partent en vapeur." 

Thierry Mortet sur son enjambeur

Thierry Mortet, propriétaire du Domaine Mortet - Radio France
Thierry Mortet, propriétaire du Domaine Mortet © Radio France - Thomas Nougaillon

Une chaleur bénéfique au raisin

Et sur son domaine aussi Thierry Mortet interdit les vignes à ses salariés l'après-midi. "On a modifié les horaires, ils ne travaillent que le matin. Ils font de moins grosses journées. Vu la chaleur, on ne peut pas laisser nos salariés en plein soleil, ce n'est pas possible". Pénible pour les hommes et les animaux, la chaleur est en revanche très bénéfique pour le raisin. Pour l'instant chez Thierry Mortet pas de maladies, la vigne évolue bien, la qualité est là. Mais le viticulteur se méfie : à trois mois des vendanges rien n'est joué explique-t-il! Thierry Mortet qui redoute les traditionnels orages estivaux.

Notre reporter a rencontré les deux gérants d'Agriself et des clients dans la fournaise de Bretenière