Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Creuse : faire naître des vaches sans cornes, pour la sécurité des éleveurs et le bien-être des animaux

lundi 15 avril 2019 à 20:38 Par Emeline Ferry, France Bleu Creuse

Faire naître des vaches sans corne, c'est possible. Et cela présente beaucoup d'avantages pour le bien-être animal et pour la sécurité des éleveurs. La Chambre d'agriculture veut développer cette pratique chez les éleveurs creusois, pour les Limousines et les Charolaises.

Une vache de race charolaise sur les hauteurs du Saintois (Meurthe-et-Moselle).
Une vache de race charolaise sur les hauteurs du Saintois (Meurthe-et-Moselle). © Radio France - Laurent Watrin

Des vaches qui naissent sans cornes, c'est surprenant, mais ça existe ! Et la Chambre d'agriculture de la Creuse veut développer cette pratique chez les éleveurs de Limousines et de Charolaises. Car cela présente beaucoup d'avantages en termes de bien-être animal et de sécurité pour les agriculteurs. 

Le premier argument, c'est la sécurité. Les vaches sans cornes ne se blessent pas quand elles se battent, elles ne s'accrochent pas à la clôture. "Les animaux sans cornes sont plus calmes et plus dociles que les cornus", explique Yves Henri, vice-président de la Chambre d'agriculture de la Creuse, en charge de l'élevage. 

Moins dangereux pour les éleveurs

Autre point essentiel : c'est beaucoup moins dangereux pour les éleveurs, qui ne risquent plus de prendre un coup de corne pendant un vêlage, en déplaçant le troupeau ou en distribuant le foin. 

Il n'y a plus besoin de passer par la case écornage, c'est-à-dire qu'il n'est plus nécessaire de brûler ou de couper les cornes lorsque l'animal est encore petit. Un gain de temps et d'argent pour l'éleveur. "Et c'est un stress en moins pour les animaux, ce sont des risques de blessures en moins. C'est donc plus confortable pour l'animal et pour l'éleveur", ajoute Yves Henri. 

Des animaux plus calmes ont aussi une meilleure croissance, et donnent une viande de meilleure qualité. En effet, moins d'hématomes ou de bleus entraîne une chair plus présentable. 

Et dernier argument pour convaincre les éleveurs conservateurs : après plusieurs années de croisement, la morphologie d'un bovin, avec ou sans cornes, est équivalente. 

Comment faire naître une vache sans cornes ?

Concrètement, on a pris un gène naturel, présent chez une race de bovin sans corne (l'Angus), et on l'a introduit chez d'autres races, en les faisant se reproduire. 

Il fallu plus de 20 ans, et plusieurs croisements, pour parvenir à implanter le gène chez les vaches Limousines et Charolaises. "Aujourd'hui, on arrive à avoir des animaux qui ne sont pas génétiquement modifiés, et qui ont désormais le gêne sans corne naturellement", explique Dominique Loulergue, président du syndicat charolais en Creuse

Sur la centaine de vaches du troupeau de cet éleveur à Saint-Michel-de-Veisse, 5 sont nées sans cornes. Et il compte bien augmenter l'effectif prochainement. 

Actuellement, les animaux sans cornes représentent 5% des vaches limousines, présentes chez les éleveurs sélectionneurs. Le chiffre devrait augmenter dans les prochaines années. 

Une journée pour expliquer aux éleveurs

Pour informer les éleveurs sur les vaches sans cornes, la Chambre d'agriculture de la Creuse organise une "journée technique" le jeudi 25 avril. Le matin, sur le marché de Chénérailles, vous pourrez découvrir une quarantaine d'animaux sans cornes, et écouter les témoignages de leurs éleveurs. 

L'après-midi sera consacré à des ateliers techniques pour expliquer les avantages aux agriculteurs. Toutes les infos pratiques sont sur le site de la Chambre d'agriculture