Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Creuse : le circuit-court, un gouffre pour certains éleveurs, une délivrance pour d'autres

mardi 9 janvier 2018 à 5:03 Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Creuse

En 2017, on recensait 200 exploitations creusoises adeptes du circuit court. Elles représentent 10% des fermes du département. Certains éleveurs, par manque de rentabilité, ont du abandonner la vente directe, alors que d'autres ont pu sauver leurs exploitations grâce à cela.

Le secret de la vente en circuit-court : le carnet d'adresses.
Le secret de la vente en circuit-court : le carnet d'adresses. © Maxppp -

Creuse, France

Alain Beaufils, le gérant de la ferme des trois fontaines, aux Trois-Fonds (Creuse), a arrêté la vente directe le 31 décembre 2017 : "Avec regrets, mais il y a un moment où on se pose des questions et il faut faire un choix"

L'éleveur de vaches limousines et de porcs avait démarré la vente en circuit court il y a de cela 10 ans. Au départ, il vendait 12 à 15 porcs par semaine, aux boucheries et restaurants, mais sur la fin, il finissait par vendre que 2 porcs toutes les deux semaines : "Nos clients n'ont pas été fidèles, ils nous ont claqué la porte au nez du jour au lendemain", lâche l'éleveur, écœuré. 

On reste éleveur à la base, on n'est pas grossiste !

Du stress, de la fatigue, des impayés : l'éleveur ne s'y retrouvait plus. Il avoue un sentiment d'inachevé, que partagent d'autres éleveurs qu'il connait : "Au mois de septembre, on est quatre à avoir arrêté. Je pense qu'il y en a d'autres". 

"J'ai pu sauver ma ferme grâce au circuit-court !"

Pour d'autres, le circuit-court a été une réussite, notamment à la Ferme des Rateries, à Saint-Sulpice-le-Dunois.  Georges Devaux l'avoue : "C'est un sacré investissement, mais c'est le circuit-court qui a sauvé ma ferme" avoue l'éleveur. 

Au fil des années, Georges Devaux a réussi à fidéliser sa clientèle : "J'ai eu un peu moins de 2.000 clients l'an dernier. Si quelqu'un vous dit que finalement il ne veut pas de votre viande car le congélateur est plein, il faut appeler quelqu'un d'autre... Et pour cela, il faut avoir un fichier client assez important". L'éleveur vend des caissettes de 5 kilos de boeuf pour 12 euros : "La clé de la réussite, c'est la fidélité des clients"

Les chiffres d'éleveurs adeptes du circuit-court restent stables, malgré la baisse de demandes d'éleveurs de viande bovine : dans le département, 1/3 des exploitations en vente directe sont des exploitations laitières.