Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Creuse : les agriculteurs murent la permanence du député Jean-Baptiste Moreau

-
Par , , France Bleu Creuse, France Bleu

Une quinzaine d'agriculteurs creusois ont muré l'entrée de la permanence du député LREM Jean-Baptiste Moreau, vendredi 26 juillet. Les éleveurs lui reprochent d'avoir signé l'accord en faveur du CETA.

Les agriculteurs murent l'entrée de la permanence du député Jean-Baptiste Moreau
Les agriculteurs murent l'entrée de la permanence du député Jean-Baptiste Moreau © Radio France - Camille André

Guéret, France

Une quinzaine d'éleveurs en colère ont mené une action coup de poing devant la permanence du député Jean-Baptiste Moreau (LREM). Ils ont apporté du sable, des parpaings et des truelles pour murer symboliquement l'entrée de sa permanence

Ils reprochent au député, d'avoir voté en faveur du CETA, l'accord commercial avec le Canada. "C'est très malvenu de sa part en tant qu'éleveur, ancien président d'une coopérative, explique Christian Arvis, secrétaire général de la FDSEA, d'avoir œuvré pour que le CETA soit ratifié. Il a dévié de son métier d’éleveur, il est devenu politicard". Les éleveurs se sentent trahis, pour eux "Jean-Baptiste Moreau est complice de l'agonie de l'élevage français et de ses éleveurs". 

"Il a dévié de son métier d'éleveur, il est devenu politicard"- Christian Arvis secrétaire général de la FDSEA

Cet accord de libre-échange entre l'Europe et le Canada a été adopté cette semaine par nos députés. Mais les agriculteurs estiment que ce texte met en péril l'élevage en France et chez nous.

Un tiers des élevages creusois menacés ?

"Il y a tromperie, explique Christian Arvis, parce que dans cet accord , tout n'a pas été dit. La viande du Canada, va être produite avec des farines animales, ce qui est interdit chez nous, depuis plus de 20 ans, depuis la crise de la vache folle. L'éleveur poursuit : "Au Canada, ils ont droit d'utiliser des antibiotiques, des activateurs de croissance, tout ce qui chez nous est interdit. C'est de la viande qui va venir en Europe qui est produite dans des conditions totalement différentes de ce que nous pouvons produire."

La fédération nationale bovine estime que si le CETA et le Mercosur (un autre accord de libre-échange avec plusieurs pays d'Amérique du Sud) sont signés, 30.000 exploitations disparaîtront en France. D'après la fédération ça pourrait représenter un tiers des élevages creusois.

Jean-Baptiste Moreau répond sur twitter

Jean-Baptiste Moreau n'a pas tardé à réagir, sur les réseaux sociaux. Le député assure : "La défense de l'agriculture française est à la base de mon engagement en politique. Il est sincère et total".

"Si j'avais eu le moindre doute sur le fait que le CETA met en danger mes collègues éleveurs, j'aurais été le 1er à voter contre" - Jean-Baptiste Moreau, député de la Creuse

Le député creusois se défend ensuite en neuf tweets. Il se dit "outré par la bêtise de ce type d'action qui ne fait que couper un peu plus le monde agricole de la population et alimenter l'agribashing". Jean-Baptiste Moreau précise qu'il a déposé une plainte pour le murage de sa permanence. 

"Le monde change, la société évolue : pointer la responsabilité de l'Etat, l'Europe, le Canada ou le libre-échange n'a jamais rien résolu aux problématiques du monde agricole", poursuit Jean-Baptiste Moreau dans un communiqué. "J'espère que les mentalités changeront car l'élevage tel qu'il se pratique en Creuse est en grand danger à cause de l'inorganisation de la filière et de son incapacité à peser face aux abatteurs et aux distributeurs. À chacun de balayer devant sa porte et de prendre ses responsabilités", conclut-il. 

Choix de la station

France Bleu