Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Crise de l'élevage : le nombre d'installations agricoles en chute libre en Creuse

-
Par , France Bleu Creuse

D'ici cinq ans, un tiers des agriculteurs prendront leur retraite en France. La relève est loin d'être assurée en Creuse : il y a moins d'une installation pour deux départs. L'an dernier, le nombre d'installations a encore baissé. L'élevage peine à attirer les jeunes.

Cédric (à droite), envisage de s'installer en conservant un emploi salarié à côté.
Cédric (à droite), envisage de s'installer en conservant un emploi salarié à côté. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Il y a de moins en moins d'agriculteurs en Creuse. On compte deux à trois fois moins d'installations que de départs en retraite. L'an dernier, c'était même encore moins avec seulement un exploitant sur trois ou quatre qui a été remplacé. Cette "année noire" ne s'explique pas tant par le coronavirus que par la crise de l'élevage selon Jean-Marie Colon, vice-président de la chambre d'agriculture en charge de l'installation et de la transmission.

Des fermes moins nombreuses et plus grandes

"Tous les ans on a 140 départs à la retraite pour en moyenne 50 installations, mais l'an dernier on n'en a fait que 35", détaille-t-il. "On sait que les éleveurs ont les plus petits revenus de France, les jeunes ne veulent pas s'installer tant que ça ne marche pas." A Nouziers, Michel Dallot n'a que 56 ans mais il anticipe déjà sa retraite. Ses filles ne veulent pas reprendre la ferme. Il cherche donc un jeune pour son élevage de 80 limousines : "C'est compliqué parce qu'il n'y a pas assez de repreneur. Aujourd'hui, la viande bovine a reculé de 10 à 15%, ça n'incite pas les futures générations à s'installer dans le bovin viande."

Sans repreneur, les fermes partent à l'agrandissement. "On s'aperçoit que les voisins qui reprennent le terrain ne reprennent pas forcément les vaches, donc on perd des vaches tous les ans en Creuse. Partout en France on perd du cheptel", soupire Jean-Marie Colon. Il faut donc relever le défi du renouvellement des générations : "Il en va de notre souveraineté alimentaire, il faut freiner l'agrandissement pour garder des exploitations à taille raisonnable."

ECOUTEZ - Jean-Marie Colon, vice-président de la chambre d'agriculture de la Creuse

Enormément de départs en retraite d'ici cinq à dix ans

L'en jeu est de taille : d'ici cinq ans, un tiers des agriculteurs prendront leur retraite en France. Il y a urgence pour Florian Patisson, du syndicat Jeunes agriculteurs : "Dans l'avenir, on s'inquiète, on a peur que de moins en moins de jeunes s'installent. Dans les dix prochaines années, 50% des agriculteurs peuvent prétendre à al retraite en Creuse, donc c'est vraiment inquiétant."

Tout l'enjeu est donc de motiver les jeunes à prendre la relève. Certains comme Cédric, 18 ans, en BTS agricole, envisagent de s'installer en gardant un emploi salarié à côté : "Au moins j'ai un revenu sûr à la fin de l'année. Après, au bout de cinq ans de technicien, je peux arrêter cette activité et me consacrer à l'agriculture. C'est un métier que j'aime mais il faut que ça rémunère."

ECOUTEZ - Comment assurer la relève ? Le reportage France Bleu Creuse

Choix de la station

À venir dansDanssecondess