Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Crise du lait : dans l'Ouest les syndicats attaquent Lactalis

dimanche 31 juillet 2016 à 6:00 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan, France Bleu Maine et France Bleu Mayenne

En cette dernière semaine de juillet, la FNSEA, les Jeunes Agriculteurs et la FNPL dressent des bâches le long des routes de Loire-Atlantique, Mayenne, Sarthe et Maine-et-Loire. Ils accusent le groupe laitier de ruiner les agriculteurs. Lactalis dénonce une irresponsabilité syndicale.

Le long de l'axe Nantes-Chateaubriant
Le long de l'axe Nantes-Chateaubriant © Radio France - Pascale Boucherie

Nantes, France

D'après les organisations syndicales FNSEA, Jeunes Agriculteurs et FNPL, le groupe Lactalis serait celui qui rémunère le moins bien les producteurs. Elles expliquent que le litre de lait est payé 25 centimes d'euros. Elles en réclament 10 de plus.

En Loire-Atlantique, le représentant des producteurs laitiers dénonce la façon de faire du géant de l'agroalimentaire.

Ils nous prennent vraiment pour des... vous produisez votre lait, vous vous taisez quoi. Ils disent : le lait est payé ce prix là, si vous avez besoin d'argent vous allez voir votre banque.

Yohann Vétu, représentant de la fédération des producteurs laitiers en Loire-Atlantique

En réaction, le groupe laitier dont le siège social se situe en Mayenne à Laval dénonce des actions syndicales irresponsables.

Prendre l'entreprise pour cible n'est pour nous pas acceptable.

Michel Nalet, porte-parole de Lactalis