Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Crise du lait : des producteurs du Cantal déversent du fumier devant deux sites Lactalis

mardi 30 août 2016 à 5:15 Par Juliette Micheneau, France Bleu Pays d'Auvergne

Des producteurs de lait du Cantal ont répondu à l'appel des syndicats agricoles à étendre le mouvement de colère contre Lactalis. Ce lundi soir ils ont déversé du fumier devant la laiterie de Riom-ès-Montagnes et le site d'affinage de Condat-en-Feniers.

Du fumier déversé devant le site Lactalis de Riom-ès-Montagnes, dans le Cantal.
Du fumier déversé devant le site Lactalis de Riom-ès-Montagnes, dans le Cantal. - Cathy Duflot Falgère

Riom-ès-Montagnes, France

Le ton est monté ce lundi soir dans le Cantal et la scène pourrait se reproduire tous les soirs : du fumier déversé devant la laiterie Lactalis de Riom-ès-Montagne et sur le site de production et d'affinage Wälchli de Condat-en-Feniers.

Plusieurs dizaines de producteurs de lait ont répondu à l'appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs à étendre au niveau national le mouvement entamé dans le grand Ouest. Un bras de fer qui pour l'instant n'a rien donné puisque Lactalis propose une augmentation de 15 euros par tonne de lait, soit environ 271 euros les 1000 litres alors que pour les éleveurs il faudrait beaucoup plus, de l'ordre de 100 euros de plus par tonne.

Alors que les négociations sur les prix doivent reprendre au siège de Lactalis à Laval, les producteurs cantaliens envisagent d'autres actions comme aller retirer les produits du groupe des rayons des supermarchés locaux.