Agriculture – Pêche

Crise du porc : la tension remonte en Bretagne

Par Typhaine Morin, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu jeudi 24 septembre 2015 à 17:47

Un éleveur de porc dans les Côtes d'Armor
Un éleveur de porc dans les Côtes d'Armor © Max PPP

Il n'y a pas eu de cotation au marché au cadran de Plérin ce jeudi. Les groupements d'éleveurs eux mêmes renoncent au prix de 1,40 euro le kilo de porc, ce qu'ils ont toujours pourtant exigé. Le président du Marché du porc breton a démissionné ce jeudi. La tension remonte en Bretagne.

Le Marché du porc breton (MPB) de Plérin, dans les Côtes d'Armor, a annulé sa cotation ce jeudi. Le marché au cadran, qui fixe deux fois par semaine le prix de référence du porc en France, est en crise depuis plusieurs mois. Et la demande ce jeudi matin de la section porcine de l'UGPVB (Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne) aux acheteurs du MPB de renoncer au prix de 1,40 euro par kilo de porc, fixé comme objectif en juin par le gouvernement pour aider les éleveurs, a mis le feu aux poudres. 

Désaveu pour Stéphane Le Foll

En juillet dernier, alors que le marché au cadran était boycotté par les acheteurs de porc, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll avait exigé que le prix du porc soit fixé à 1,40 euro le kilo. Ce prix devait permettre aux éleveurs de couvrir leurs coûts de production. Mais début août, deux principaux acheteurs, le groupe Bigard et la Cooperl, ont quitté le marché. Et depuis, le groupe Bigard achète ses porcs au prix du marché, mais directement à leurs éleveurs partenaires. En fin de semaine dernière, l'industriel a envoyé un courrier à ces producteurs, pour leur dire qu'il achèterait désormais le porc en dessous du prix du marché, à 1,329 euro le kilo

Et ce jeudi, la section porcine de l'UGPVB a donc demandé aux acheteurs de renoncer au prix de référence de 1,40 euro et de revenir à une cotation de marché, et donc de laisser faire la loi de l'offre et de la demande, sans que les autorités n'interviennent. Dans son communiqué, le groupement agricole explique subir la concurrence européenne et que "le comportement d’achat doit refléter, à la baisse et à la hausse, la réalité commerciale des marchés". Sur son blog, Michel-Edouard Leclerc, patron dans la grande distribution, annonce qu'il va "_acquiescer à la demande de l_'UGPVB". 

Démission du président du marché au cadran

Autre signe que cette crise du porc s'enlise : le président du marché au cadran, Daniel Picart, a annoncé ce jeudi qu'il quittait ses fonctions. A la tête du marché depuis cinq ans, se sentant "lâché par [son] propre camp", il a décidé de ne pas se représenter. Pour lui, le groupe Bigart et la Cooperl voulaient sa tête.