Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Crise laitière : c'est l'échec !

vendredi 26 août 2016 à 6:00 Par Germain Treille, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Mayenne et France Bleu

Aucun accord n'a été trouvé entre Lactalis et les producteurs. Le blocage du site de l'industriel, à Laval, va se poursuivre.

le camp de base des agriculteurs en face de l'usine Lactalis
le camp de base des agriculteurs en face de l'usine Lactalis © Radio France

Laval, France

Plus de 10 heures de réunion pour rien. Les négociations n'ont pas abouti. Lactalis a fait des propositions beaucoup trop basses pour que les producteurs puissent les accepter, en dessous de 300 euros la tonne. Les représentants des éleveurs ont préféré claquer la porte, le groupe laitier se montrant intransigeant.

Le responsable de la FDSEA de la Mayenne annonce l'échec des discussions aux éleveurs

La FNSEA appelle ses troupes à se ressaisir très vite, à repartir au combat. Le blocage de l'usine Lactalis va se poursuivre jusqu'à lundi au moins.

Sur les grilles de l'usine Lactalis - Radio France
Sur les grilles de l'usine Lactalis © Radio France

Les producteurs du Grand Ouest et de Normandie n'ont pas l'intention de renoncer comme ça. De nouvelles discussions pourraient même avoir lieu prochainement espèrent-ils. D'ici l'éventuelle ouverture d'un nouveau round de négociations, ils vont rester mobilisés en face du siège du groupe mayennais, sur un rond-point qu'ils ont rebaptisé "rond-point de la honte du lait". "Partir d'ici c'est crever" explique l'un d'entre eux.