Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Crise laitière : Lactalis "profite de la situation" selon les éleveurs de la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

C’est une décision qui fait bouillir de colère les producteurs de lait depuis plusieurs jours. Lactalis, le 1er groupe laitier au monde, a décidé de baisser le prix moyen versé aux producteurs pour le reste de l’année afin d’anticiper une crise économique mondiale après le coronavirus.

La baisse équivaut à environ 7 euros pour 1000 litres.
La baisse équivaut à environ 7 euros pour 1000 litres. © Maxppp - A.S.

Un choix qui permet de protéger le géant industriel mais qui finirait de mettre en péril des producteurs de lait, déjà en difficulté depuis des années. Une situation qui a trouvé un écho particulier ces derniers jours avec la prise de position contre Lactalis du comédien Guillaume Canet, engagé auprès du monde paysan.

Un effet domino ?

Alors que le début de l’année offrait des perspectives positives, cette décision rend les prochains mois un peu plus incertains. Julien Derory est le président de la section laitière à la FDSEA de la Loire : "le groupe n'a pas perdu d'argent sur la période et c'est génant qu'ils soient les premiers à annoncer une baisse du prix du lait. C'est inquiétant car il risque d'y avoir un effet domino. Quand Lactalis fait quelquechose, les autres suivent. au final c'est le producteur qui paye les conséquences".

"Le secteur reste fragile"

Christophe Marquet, est éleveur laitier Fontanès. Il représente les agriculteurs dans les négociations de prix avec Lactalis et même s'il minimise l'impact que peut avoir cette baisse, il reconnait qu'elle représente malgré tout une mauvaise nouvelle : "C'est une petite baisse qu'il ne faut pas dramatiser et qui reflète les cours actuels, notamment à l'export et sur les fromages en AOP et AOC. Je ne pense pas que ce soit un pas en arrière fatal. Il ne faut juste pas que cela dure trop longtemps. On voyait une année qui se présentait pas trop mal et c'est un bâton dans les roues. Dès qu'il y a un petit pépin, le secteur reste fragile".  

Chacun espère donc que Lactalis reverra ses prix à la hausse rapidement car c’est toute une filière qui en est dépendante rappelle Sylvain Vernay, un éleveur laitier à St Barthélémy Lestra : "si les prix sont correctes, on peut se permettre d'investir, de renouveler du matériel. dans le cas inverse, on se serre la ceinture et on ne fait pas travailler les fournisseurs qui sont derrière nous". Pour lui qui fournit à Lactalis, l’attitude du géant industriel est critiquable, "ils profitent de la situation", et elle peut le mettre en danger lui qui s’est installé il y a seulement 3 ans et qui a de nombreux emprunts à honorer. Aujourd’hui après avoir gravi quelques marches ces dernières années pour sortir de la crise, les producteurs laitiers n’ont plus le courage de reculer 

Depuis ces chiffres de 2018, Lactalis a dépassé les 20 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2019.
Depuis ces chiffres de 2018, Lactalis a dépassé les 20 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2019. © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess