Agriculture – Pêche

Crise laitière : les agriculteurs démarrent le blocage de Lactalis

Par Germain Treille, France Bleu Armorique, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Breizh Izel, France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu Loire Océan, France Bleu Mayenne et France Bleu mardi 23 août 2016 à 6:00

L'action coup de poing des agriculteurs devant le siège de Lactalis
L'action coup de poing des agriculteurs devant le siège de Lactalis © Radio France

Plusieurs centaines de producteurs laitiers étaient présents ce lundi soir devant l'usine du groupe Lactalis à Laval. Ce mouvement de colère pourrait durer plusieurs jours.

Ils sont déterminés à rester longtemps s'il le faut. Ils veulent que Lactalis cède à la pression et à leurs revendications. Ils exigent du groupe mayennais, leader mondial des produits laitiers, un prix du lait plus juste, plus convenable pour vivre correctement.

Un mouvement devant le siège de Lactalis à l'appel du puissant syndicat agricole - Radio France
Un mouvement devant le siège de Lactalis à l'appel du puissant syndicat agricole © Radio France

260 euros la tonne, c'est le prix actuel. Il en faudrait au moins 100 de plus pour que les producteurs se sentent mieux sur le plan financier. Chaque jour, dans les campagnes, selon la FNSEA à l'origine de ce mouvement, la situation se dégrade.

Le siège de Lactalis sous bonne garde - Radio France
Le siège de Lactalis sous bonne garde © Radio France

La première soirée de blocage s'est déroulée dans le calme et sous haute surveillance, le siège de Lactalis protégé par plusieurs gendarmes spécialement mobilisés pour l'occasion. Des producteurs, venus de tout l'Ouest du pays, de Normandie et même du Nord, vont se relayer pour assurer des permanences juste en face du site lavallois de Lactalis. Cette opération d'envergure pourrait durer plusieurs jours.

Il y a eu quelques échanges entre la FNSEA et le groupe laitier mais pas encore de vraies négociations. Le gouvernement appelle au dialogue le plus vite possible et se dit prêt à assumer un rôle de médiateur dans cette affaire qui enflamme nos campagnes.

Partager sur :