Agriculture – Pêche

Dans l'Indre, le permis de chasse devrait être gratuit l'an prochain pour les nouveaux adeptes

Par Justine Dincher, France Bleu Berry dimanche 25 septembre 2016 à 8:45

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Johan Ben Azzouz

La saison de chasse démarre dimanche 25 septembre en Berry. Dans l'Indre, le nombre de chasseurs ne cesse de diminuer. Le président de la fédération de chasse annonce une série de mesures pour attirer de nouveaux adeptes l'an prochain.

Premiers coups de fusil dans les bois et les plaines du Berry ! L'ouverture de la saison de chasse a lieu dimanche 25 septembre, dans les régions du bassin parisien et dans le Nord de la France. Nos départements font partie des derniers à s'y mettre, pour respecter la maturité des récoltes.

"C'est aujourd'hui l'ouverture générale, l'ouverture mythique, l'ouverture de Marcel Pagnol", explique Gérard Génichon, président de la fédération de chasse de l'Indre, "le gibier d'eau est ouvert en Brenne depuis le 1er juillet et depuis le 28 juillet dans le reste du département. Et puis, dans le cadre du plan de maîtrise national, nous pouvons chasser le sanglier depuis le mois de juin chez nous".

Opération permis gratuit pour les nouveaux en 2017

Dans l'Indre, il y a entre 13.300 et 13.400 chasseurs. Ce nombre est en légère baisse, de 1% à 2% par rapport à l'année dernière. "Le nombre de chasseurs ne cesse de décroître, il faut faire quelque chose", le président de la fédération annonce une série de mesures pour l'année prochaine, afin d'attirer de nouveaux adeptes, "je  vais proposer en l'assemblée générale de rendre le permis et la formation gratuits en 2017, pour les nouveaux permis qui se présenteront". Le président espère que cette mesure sera effective dès le moi de juin 2017.

Dans le département, le permis de chasse coûte environ 130 euros. "C'est un effort financier pour la fédération de chasse, que de rendre gratuit ce permis aux nouveaux. Mais nous sommes en mesure d'assumer cet effort pendant trois ans, je pense", ajoute Gérard Génichon. Il promet également de demander aux sociétés communales et aux chasses particulières d'offrir quelques journées de chasses à ces nouveaux adeptes. Il aimerait également que les armuriers proposent des ristournes pour l'achat d'armes et de munitions.

La fédération espère ainsi intéresser des jeunes, mais pas que : "cette offre cible par exemple des sportifs d'assez haut-niveau qui arrêtent leur carrière parce qu'ils ont 40 ou 50 ans et qui souhaitent se maintenir en forme".

Inquiétude pour le petit gibier à plumes

En attendant la saison 2017, la saison 2016 s'annonce fructueuse pour le grand gibier. "Honnêtement, il se porte bien", explique Gérard Génichon, "il y a une bonne densité d'animaux pour le chevreuil, même si nous avons parfois observé que les femelles n'ont eu qu'un petit au lieu de deux ou trois cette année. Quant aux sangliers, il y en a même plus que nous le voudrions !".

En revanche, l'inquiétude vient du petit gibier à plumes, à cause des intempéries du printemps. "Je suis optimiste de nature, mais là, la situation est catastrophique", s'alarme le président de la fédération, "j'avais recensé 27 perdreaux gris sur mon territoire, il n'y en a plus un... Je conseille donc à nos amis chasseur de prélever le minimum, voire de ne pas prélever du tout".

A Chassignolles, Francette Nadaud s'occupe d'un deux centres de sauvetage des petits faisans et perdrix du département. Il lui est arrivé de recueillir jusqu'à 150 œufs par an, entre le mois de mai et juin, trouvés par des cultivateurs ou des promeneurs et que la mère n'a pas pu couver. Cette année, elle n'a reçu que 20 œufs de perdrix et 40 de faisans : "les couvées ont été détruites par l'eau et les nids ont été noyés au printemps. Quand les oiseaux réussissaient à naître, ils ne trouvaient pas de petits moucherons et de petits insectes à manger". Ce centre de sauvetage est financé par la fédération de chasse de l'Indre.

REPORTAGE | Francette Nadaud s'occupe d'un des deux centres de sauvetage de l'Indre.