Agriculture – Pêche

Dans la Manche, les producteurs de pommes ont peur de trop produire

Par Esteban Pinel, France Bleu Cotentin mardi 9 mai 2017 à 20:03

Les pommiers fleurissent lentement mais sûrement dans le Cotentin. Au moins ont ils évité les gelées des dernières semaines.
Les pommiers fleurissent lentement mais sûrement dans le Cotentin. Au moins ont ils évité les gelées des dernières semaines. © Getty

La récolte de pommes s'annonce fructueuse dans la Manche. Problème, les producteurs risquent d'avoir du mal à écouler leurs fruits. La coopérative Agrial, leader de la production de cidre en France, a perdu des marchés. Elle a donc moins besoin de pommes. Il risque d'y avoir du gâchis.

Dans la Manche, le gel a épargné les vergers. La floraison est plutôt lente mais selon les producteurs la récolte 2017 sera bonne. Sauf que des tonnes de pommes pourraient pourrir sous les pommiers, à cause d'une sur-production.

Agril, coopérative leader sur le marché du cidre en France, a perdu des marchés à l'étranger cette année. Conséquence, elle revoit ses achats de pommes à la baisse. - 12 % environ, un coup dur pour ses producteurs adhérents. Cette décision "déséquilibre le marché", estime Thomas Pelletier, président de la Fédération Nationale des Producteurs de Fruits à Cidre.

L'organisme estime le manque à gagner des producteurs à cinq millions d'euros.

Ces dernières années, beaucoup de gens se sont mis à faire du cidre. C'est leur seule activité. 12 % de chiffre d'affaire en moins, ça va peser lourd dans leurs revenus."

Que faire alors du surplus de pommes ? Ludovic Capelle, producteur à Sotteville, dans le Cotentin, s'interroge : "On peut faire du Calvados, mais il faut alors le stocker, et réussir à le vendre plus tard. Ce sont des produits difficiles à fabriquer et à valoriser."

L'exploitant Manchois vend une partie de ses pommes à une autre coopérative, qui fabrique justement du Calvados. Mais avec la sur-production, il redoute que la coopérative trouve d'autres pommes, à moindre prix. "Je vais vendre une centaine de tonnes de moins, explique t-il. Il y a un manque à gagner de 10.000 € environ."

Les petits producteurs les plus touchés

Cette année, il risque de laisser des pommes au pied des arbres. Et il achètera moins de pommes à de petits producteurs locaux, spécialisés dans certaines variétés qu'il ne fait pas pousser dans ses vergers. "Eux aussi seront touchés."

La Fédération Nationale des Producteurs de Fruits à Cidre appelle à une meilleure maîtrise du marché de la part des coopératives, pour éviter les pertes et préserver l'environnement. Car Agrial, encourage ses producteurs à arracher leurs pommiers. 500 hectares sur toute la France, pour ralentir la production. "Veillons à la diversité des culture, insiste Ludovic Capelle. Il faut du temps à un pommier pour repousser. Si on les détruit, on pourrait en manquer, à terme."

Toutes ces turbulences ne devraient pas, à moyen terme, avoir d'impact sur le prix du cidre, compris entre 4€ et 4€50 la bouteille.