Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Dans la Somme, ces habitants qui ne veulent pas des 80 vaches près de chez eux

-
Par , France Bleu Picardie

Plusieurs habitants d'Occoches, dans le nord de la Somme contestent l'arrivée de quatre-vingt vaches et la construction de plusieurs bâtiments à côté de chez eux. Les patrons de la ferme ont pourtant obtenu l'accord de la préfecture. L'affaire a été examinée au Tribunal administratif d'Amiens.

Illustration - le cheptel de ces agriculteurs d'Occoches pourrait atteindre le nombre de 80 vaches
Illustration - le cheptel de ces agriculteurs d'Occoches pourrait atteindre le nombre de 80 vaches © Maxppp - Maxppp

Occoches, France

La cohabitation entre riverains et agriculteurs peut parfois être compliquée. A Occoches, petite commune près de Doullens dans le nord de la Somme, plusieurs habitants contestent l'arrivée de quatre vingt vaches et la construction de plusieurs bâtiments agricoles. Les patrons de la ferme, située au cœur du bourg ont pourtant obtenu l'accord de la préfecture il y a trois ans mais les voisins redoutent d'être envahis par le bruit et les odeurs. L'affaire a été examinée par le tribunal administratif d'Amiens ce mardi. 

80 vaches et deux silos à ciel ouvert

Pour l'instant, ces six habitants qui ont entamé la procédure judiciaire n'ont qu'une prairie à côté de chez eux mais ils redoutent la construction d'une salle de stabulation pour abriter le cheptel et la construction de deux silos à ciel ouvert pour stocker le maïs. 

Les odeurs, les bruits, les mouches sont de réelles nuisances

Pour ce projet les agriculteurs ont obtenu une dérogation ils peuvent construire à cinquante mètres des habitations au lieu de cent. C'est ce que contestent les riverains défendus par maître Chloé Peyres. "Le problème ce n'est pas qu'il y ait des vaches puisqu'on est en zone rurale. Mais c'est le fait qu'il y ait un endroit de stabulation pour des vaches, avec des traites, des tracteurs qui passent à cinquante mètres des fenêtres des habitations et à trente mètres des jardins", détaille l'avocate. 

Plus de barbecue l'été

Et Chloé Peyres de poursuivre, "cela veut dire plus de barbecue l'été, on n'ouvre plus les fenêtres la nuit quand il fait chaud. Les odeurs, les bruits, les mouches sont de réelles nuisances". Mais si le permis de construire a été accordé, c'est à certaines conditions. "Elles sont respectées", réplique maître Benoît Legru, avocat de l'EARL Vandepitte. 

"On a par exemple ces prescriptions limitant l'épandage les jours fériés et les week-end", détaille l'avocat des agriculteurs pour qui le projet "respecte l'équilibre et permet à chacun de pouvoir faire son métier et à chacun de pouvoir vivre tranquillement à la campagne". 

Dans ses conclusions, le rapporteur public est allé dans le sens des agriculteurs et des autorités qui ont validé le projet. Le tribunal administratif d'Amiens rendra sa décision sous quinze jours.