Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Dans la Vienne, les vendanges ont deux à trois semaines d'avance

mercredi 6 septembre 2017 à 5:00 Par Clémence Dubois-Texereau, France Bleu Poitou

Dans le Haut-Poitou, cela faisait quatorze ans que les récoltes n'avaient pas démarré si tôt. Au domaine des Renardières, les vendanges ont débuté dimanche dernier.

Isabelle Bureau possède un peu plus de deux hectares de vigne.
Isabelle Bureau possède un peu plus de deux hectares de vigne. © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

Ouzilly, France

On désinfecte et nettoie les dernières cuves. Tout doit être prêt pour le début des vendanges. Cette année, le printemps assez doux a permis une floraison rapide. Résultat : les vendanges débutent avec deux à trois semaines d'avance.

Isabelle Bureau produit notamment du Gamay. - Radio France
Isabelle Bureau produit notamment du Gamay. © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

Isabelle Bureau, viticultrice à Ouzilly a donc dû faire des journées à rallonge pour être prête "le mot vacances n'existe pas" indique-t-elle. Et désormais, la machine pour récolter les précieuses grappes est en marche. Sur son domaine d'un peu plus de deux hectares, Isabelle Bureau produit du vin AOP/AOC et notamment du Sauvignon, du Sauvignon gris ou encore du Gamay. "C'est un cahier des charges un peu plus strict" explique-t-elle.

Du renfort à la maison

Isabelle peut compter sur le soutien de ses proches : "Mes parents viennent pour tout ce qui est intendance : faire la cuisine, s'occuper des enfants etc. Et mon père me donne un coup de main pour les tâches difficiles." En plus de cela, Isabelle peut aussi compter sur son mari qui sait conduire la Cuma, cette machine à vendanger et sur son fils de 14 ans. "C'est toujours une période de fête, on aime vivre ça ensemble. Il m'aide à étiqueter, ça lui plaît beaucoup" souligne-t-elle.

Le mari d'Isabelle l'aide car il sait conduire la Cuma, cette machine à vendanger. - Radio France
Le mari d'Isabelle l'aide car il sait conduire la Cuma, cette machine à vendanger. © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

Mais tout ne se passe pas toujours comme prévu. Les machines peuvent parfois poser problème. Lors de sa première année de récolte en 2015, après le premier pressoir, c'est la panne au domaine des Renardières. Une pièce cassée mais il faut attendre deux jours pour que le technicien vienne. "Les machines ne servent que quelques jours parfois elles tombent en panne. Et les techniciens mettent plusieurs jours à venir. Ils sont très sollicités pendant ces périodes" raconte la viticultrice.

Mais plusieurs jours d'attente, ça peut parfois être réellement un problème selon Isabelle : "deux jours ce n'est pas grave mais s'il pleut ça peut l'être. Le Sauvignon par exemple se gorge d'eau. Et les grappes peuvent éclater. La pourriture peut se mettre dedans."

L'année dernière, la viticultrice a produit 7.000 bouteilles. Elle espère en produire autant voire plus cette année.