Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Dans le Nord, les producteurs d'endives prêts à embaucher des saisonniers étrangers

mardi 25 septembre 2018 à 7:05 Par Winny Claret, France Bleu Nord

Alors que le gouvernement prévoit de supprimer l'exonération des charges pour les saisonniers agricoles, les exploitants tirent la sonnette d'alarme. Dans le Nord, les producteurs d'endives sont les premiers concernés.

Les producteurs d'endives figurent parmi les premiers employeurs de main d'oeuvre agricole dans le Nord
Les producteurs d'endives figurent parmi les premiers employeurs de main d'oeuvre agricole dans le Nord © Radio France - Winny Claret

Sainghin-en-Mélantois, France

Le monde agricole s'est mobilisé partout en France, ce lundi 24 septembre 2018, à l'appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs. Ils protestent contre la fin de l'exonération des charges pour les travailleurs occasionnels (TO). Une mesure qui figure dans le projet de budget 2019, présenté ce lundi en Conseil des ministres.

Les saisonniers, qui viennent en renfort sur les exploitations lors de la récolte ou du conditionnement des produits, forment parfois l'essentiel de la main d'oeuvre. Dans le Nord, ce sont les producteurs d'endives qui sentiront les premiers le poids de cette nouvelle charge.Selon la FDSEA du Nord, cela représentera 240 euros supplémentaires par mois et par saisonnier. 

À la ferme Mazingarbe, au coeur de la Pévèle - bassin historique de l'endive - les ouvriers agricoles sont à pieds d'oeuvre depuis que la saison a commencé il y a un mois. Ici, on embauche sept CDD entre septembre et janvier, en plus de la vingtaine de salariés en CDI. Dans une grande roue, Cédric glisse les endives par dizaines. "Moi, je suis casseur de chicon !" Le chicon : l'endive en patois. Ce saisonnier en voit passer plusieurs milliers par jours. Une fois l'endive séparée de sa racine, elle part sur tapis au conditionnement où l'on trie et on emballe. 

Cédric Bertheloot est "casseur de chicons" saisonnier à la ferme Mazingarbe  - Radio France
Cédric Bertheloot est "casseur de chicons" saisonnier à la ferme Mazingarbe © Radio France - Winny Claret

Deux mille euros de charges supplémentaires

C'est pour toutes ces tâches que le propriétaire Christophe Mazingarbe a besoin de renfort. Et pour lui, il est logique de payer moins cher une main d'oeuvre moins qualifiée. "Une endive qui passe entre les mains d'un CDD est moins compétitive. Le saisonnier aura mis cinq à dix secondes de plus qu'un CDI pour l'emballer." Taxer ces emplois saisonniers, cela représenterait deux mille euros de charges supplémentaires pour l'exploitant. Alors face à la concurrence de la Belgique et de l'Allemagne, il pense de plus en plus aux travailleurs étrangers.

Rien ne m'empêche, demain, d'employer de la main d'oeuvre étrangère.

Selon les syndicats, ces emplois sont directement menacés par la mesure. Cet après midi une délégation de la FDSEA doit rencontrer le préfet des Hauts-de-France, Michel Lalande, pour discuter des compensations promises par le gouvernement. En 2016, on comptait près de 15 000 saisonniers agricoles dans le Nord-Pas-de-Calais.

Reportage à la ferme Mazingarbe, qui produit des endives à Sainghin-en-Mélantois, dans le Nord