Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Dans la Vienne, les inspecteurs de l'ONCFS assure la sécurité à la chasse

-
Par , France Bleu Poitou

Dans la Vienne, ils sont dix inspecteurs de l'office national de la Chasse et de la faune Sauvage à patrouiller autour des zones de chasse pour faire des contrôles de sécurité.

Les jumelles permettent de mesurer la distance entre les chasseurs et les habitations.
Les jumelles permettent de mesurer la distance entre les chasseurs et les habitations. © Radio France - Marie Dorcet

86000 Poitiers, France

A bord de leur voiture grise, Sébastien Chauveau et Richard Grimaud parcourent la Vienne pour vérifier que les mesures de sécurité sont respectées. La principale : que les chasseurs soient à plus de 150 mètres de habitations, et ne tirent pas en direction des routes. Dans le département ils sont dix inspecteurs à se partager le travail pendant la période de chasse. 

De plus en plus de bonne conduite

Pour ça, les deux hommes - en service dans le département depuis 12 et 28 ans - savent où se positionner. En fonction des zones de chasse, ils se garent dans des chemins près des hameaux et observent aux jumelles les chasseurs. Ces jumelles affichent à quelle distance se trouvent les chasseurs. S'ils sont trop près, ils encourent une amende de 135 euros. "On n'est pas à un mètre près. Si on en voit pile à la limite, on va les voir, et leur dire de s'éloigner un peu" explique Sébastien Chauveau. 

Dans l'ensemble, les deux hommes sont catégorique : les chasseurs respectent de plus en plus les mesures de sécurité. Ils constatent beaucoup moins d'accidents et de contraventions depuis quelques années. 

Moins d'animaux... et moins de chasseurs

L'autre constat qu'ils font, c'est qu'il y a moins de chasseurs à l'ouverture. On entend à peine un ou deux coups de feu au loin. "C'est la première année qu'on en voit aussi peu". Une explication à ça est donnée par un chasseur de longue date, 60 permis à son actif, pendant un contrôle de papiers : il y a de moins en moins d'animaux à chasser, notamment à cause des cultures et de la sécheresse. "Quand j'ai commencé à chasser [en 1959], on levait une compagnie de perdreaux tous les 150 mètres" explique-t-il. "Mais les modes de culture et le traitement des champs n'étaient pas les mêmes."

La chasse aussi utilise la technologie.  - Radio France
La chasse aussi utilise la technologie. © Radio France - Marie Dorcet

Certains espèce sont même soumises à régulation : c'est le cas par exemple de la tourterelle des bois. Une espèce en déclin, dont il faut encadrer la chasse : les chasseurs n'ont le droit d'en tirer que dix sur la période de la chasse, et doivent renseigner celles qu'ils tuent grâce à une application sur leur téléphone portable. Les inspecteurs de l'ONCFS vérifient ensuite avec leur téléphone. Une nouvelle pratique, mise en place depuis cette année seulement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu