Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Dans le sud Finistère, les agriculteurs s’invitent chez E. Leclerc

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Les agriculteurs étaient près d'une centaine ce vendredi à Quimperlé. Ils ont investi les rayons d'un magasin Leclerc pour aller vérifier la traçabilité et les prix de la viande et du lait. Symboliquement, ils se sont ensuite rendus devant l’une des maisons de Michel Edouard Leclerc à Tregunc.

Les agriculteurs devant le supermarché E. Leclerc de Quimperlé
Les agriculteurs devant le supermarché E. Leclerc de Quimperlé © Radio France - Vianney Smiarowski

Quimperlé, France

Le magasin E. Leclerc de Quimperlé a été obligé de fermer ses portes toute la journée ce vendredi. Les agriculteurs accusent le géant de la grande distribution de "tuer l'agriculture bretonne" en appliquant des marges trop élevées.

Une cinquantaine de tracteurs sur le parking du magasin E. Leclerc de Quimperlé - Radio France
Une cinquantaine de tracteurs sur le parking du magasin E. Leclerc de Quimperlé © Radio France - Vianney Smiarowski

Dans la matinée, une cinquantaine de tracteurs investissent le parking du magasin Leclerc de Quimperlé. Les agriculteurs sont pacifiques mais déterminés. Ils s'apprêtent à rentrer dans le magasin pour vérifier les prix du lait et de la viande. Une discussion s'engage avec un responsable de la grande surface. "Qu’est qui vous empêche d’augmenter de un centime la tranche de jambon ?" demande un agriculteur. "Rien, à partir du moment où je suis sûr que cela vous revient à vous. Mais aujourd’hui quand je l’augmente ça part chez l’industriel. Dites mois que les sous vous reviennent à vous et je l’augmente sans problème" répond l’un des responsables du magasin.

Echange au micro France Bleu Breizh Izel de Vianney Smiarowski

Pas convaincus, les agriculteurs s'invitent dans les rayons, direction la charcuterie. "On regarde l’origine des produits mais on ne trouve rien" lance un agriculteur. Même exercice dans le rayon des produits transformés. Benoît est producteur de lait "nous ce que l’on souhaite c’est qu’il y est de la transparence et la transparence ils ne peuvent l’afficher qu’à travers un étiquetage irréprochable et là ce n’est pas le cas du tout" dit-il.

Benoît au micro France Bleu Breizh Izel de Vianney Smiarowski

Les agriculteurs vérifient les prix du lait dans les rayons - Radio France
Les agriculteurs vérifient les prix du lait dans les rayons © Radio France - Vianney Smiarowski

Les agriculteurs vérifient aussi les prix, facture a l'appuie mais pas de quoi rassurer Mathieu, agriculteur à Quimperlé "sur une barquette de 80 grammes de jambon label rouge, il se fait cinq euros de marge au kilo et sur le lait demi écrémé, il me semble que la marge est de 23 centimes par litre. Nous, nous sommes rémunérés 1,10 euros par kilo de porc" dit-il, lassé.

Mathieu au micro France Bleu Breizh Izel de Vianney Smiarowski

Les marges sur les prix du lait sont aussi contrôlées. Ce que veulent les agriculteurs s'est un revenu à la fin du mois. Ils n’ont pas été du tout convaincus par la baisse des charges annoncée par François Hollande car elles sont calculées au prorata de ce qu'ils gagnent. Pascal, agriculteur, est très inquiet "aujourd’hui, c’est nous qui nourrissons la France mais demain c’est vous, les gens qui travaillent qui nous nourriront parce que nous serons au RSA. Moi, j’ai peur que les agriculteurs qui ne viennent pas en manif, ce qui ne viennent pas défendre leur métier, moi j’ai peur qu’un jour on les retrouve pendu" dit-il.

Pascal au micro France Bleu Breizh Izel de Vianney Smiarowski

Avant de quitter la grande surface, les agriculteurs déversent quelques bennes de déchets sur le parking. Symboliquement, ils ont ensuite pris la direction d'une des maisons de Michel Edouard Leclerc pour y passer la nuit avec leurs tracteurs. Ils envisagent d’autres actions ce samedi. 

Les agriculteurs devant l'une des propriétés de la famille Leclerc  - Radio France
Les agriculteurs devant l'une des propriétés de la famille Leclerc © Radio France - Vianney Smiarowski
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu