Agriculture – Pêche

De gros dégâts à cause du gel dans les vignes en Alsace

Par Guillaume Chhum, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass vendredi 21 avril 2017 à 17:51

Pierre-Olivier Baffrey estime ses pertes à plus de 60%
Pierre-Olivier Baffrey estime ses pertes à plus de 60% © Radio France - Guillaume Chhum

Le gel de ces derniers jours a causé de gros dégâts dans le vignoble en Alsace. Les pertes sont évaluées à plusieurs milliers d'hectares, selon l'AVA, l'Association des Viticulteurs d'Alsace. Les bourgeons arrivés avec trois semaines d'avance, n'ont pas résisté. Ils ont été "brûlés"par le gel.

C'est la panique en ce moment dans les vignes en Alsace. Les deux jours consécutifs de températures en dessous de zéro ont fait de gros dégâts . Le mercure est passé en dessous de zéro, de -4 à -5 degrés dans les parcelles, les bourgeons du coup ont brûlé dans les vignes. Des bourgeons qui avaient trois semaines d'avance cette année. Résultat : très peu de chance d'avoir une bonne récolte pour cette année 2017.

De grosses pertes dans plusieurs exploitations

Selon l'AVA, l'Association des Viticulteurs d'Alsace, les pertes vont de 30 à 100% selon les parcelles. "Tous les secteurs géographiques de l'Alsace sont touchés, les pertes sont évaluées à plusieurs milliers d'hectares" souligne Didier Pettermann, le président du CIVA, le Conseil Inter-Professionel des Vins d'Alsace.

Didier Pettermann, le président du CIVA fait l'état des lieux de la vigne après le gel

Les bourgeons ont brûlé avec le gel  - Radio France
Les bourgeons ont brûlé avec le gel © Radio France - Guillaume Chhum

Inquiétude après trois années de petites récoltes

Dans certaines exploitations, les pertes sont lourdes. Chez Pierre-Olivier Baffrey, le président de Bestheim, la coopérative de Bennwihr, près de Colmar, ses pertes sont évaluées à plus de 60%. C'est surtout la parcelle de gewurztraminer qui a souffert, avec 100% de pertes. Les grands crus ou encore les pinots semblent pour l'instant épargnés.

Après trois années de petites récoltes et une année 2016 où les rendements sont repartis à la hausse, c'est l'inquiétude pour 2017. "Quand on voit l'ampleur des dégâts, ça va être compliqué pour certaines exploitations. Nous allons devoir faire avec", s'inquiète Pierre-Olivier Baffrey. Le vigneron n'avait pas vu autant de dégâts dus au gel depuis son installation en 1996.

L'AVA, l'Association des Viticulteurs d'Alsace, dressera un premier bilan des pertes, au milieu de la semaine prochaine.

Reportage chez Pierre-Olivier Baffrey à Bennwihr