Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

Un déconfinement en demi-teinte pour le "manger local" dans l'Yonne

-
Par , France Bleu Auxerre

Les ventes de produits locaux et bio ont explosé pendant le confinement, mais le soufflet est-il en train de retomber ? Si les habitués répondent toujours présents, les nouveaux clients des maraîchers icaunais pendant cette période les délaissent à nouveau ces dernières semaines.

Les clients fidèles sont toujours au rendez-vous, ceux qui s'étaient manifesté pendant le confinement ont disparu
Les clients fidèles sont toujours au rendez-vous, ceux qui s'étaient manifesté pendant le confinement ont disparu © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Des produits bio à récupérer en drive, des livraisons de paniers légumes qui se multiplient... Pendant le confinement, les producteurs locaux qui ont misé sur la vente directe et le local ont vu leurs ventes exploser. Depuis le 11 mai, le soufflet est en partie retombé : les nouveaux clients acquis pendant cette période se sont de nouveau tournés vers la grande distribution. 

Retour à la case supermarché

"Avec le Covid, on a eu une très très forte demande des clients, explique François Bientz, maraîcher bio au Jardin des Thorains à Lavau. Là, on se rend bien compte qu'ils nous ont oublié, on a beaucoup moins de monde. On avait environ _80 personnes par week-end pendant le confinement, en ce moment c'est six à sept fois moins_". Constat partagé par Gilles Goulet des "Légumes d'Cheu nous", à Chéu : "certaines personnes retrouvent les légumes des supermarchés. C'est leur choix, on ne peut pas les empêcher"

La clientèle qui s'était approvisionnée chez les petits producteurs icaunais pendant la crise sanitaire, par crainte des magasins bondés ou en raison de leur quotidien chamboulé, les délaisse en partie aujourd'hui. "Il y a eu un réflexe de survie je pense, lance Elisabeth Roy, des Jardins de Mattienne._Les nouveaux clients du confinement, je savais bien qu'ils ne reviendraient pas après_".

Engouement persistant pour les adeptes

Même phénomène chez les "Légumes d'Cheu nous", mais pas de quoi démoraliser les producteurs. "On a eu un pic jusqu'à 250 paniers livrés par semaine pendant le confinement, lance Gilles Goulet. Depuis, on en a une quarantaine, ça a chuté rapidement. Mais ce système de paniers nous a permis de rencontrer d'autres clients que ceux des marchés donc ce n'est pas une perte"

"La réouverture des locavores et des marchés nous permet de retrouver nos habitués, ajoute Suzanne Goulet. La baisse des ventes reste modérée, de 10% à 20% par rapport au confinement", en sachant que la jeune entreprise est en train de se développer. "Actuellement, on a nos clients habituels et _on recommence comme avant_, avec les marchés et les AMAP", conclut Elisabeth Roy. L'engouement pour les produits locaux est toujours là, mais l'effet confinement est bel et bien retombé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess