Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Déconfinement : pour survivre, les horticulteurs pépiniéristes attendent une aide de l'Etat

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Le printemps, c'est la période faste pour les horticulteurs pépiniéristes. Cette année sera un peu différente. La crise sanitaire liée au coronavirus a causé un manque à gagner de 200 millions d'euros en France, 22 millions en Auvergne-Rhône-Alpes. La profession s'en remet à l'Etat pour les aider.

illustration horticulture
illustration horticulture © Radio France

Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a été mis au courant de la situation alarmante des horticulteurs pépiniéristes lors d'une réunion le 15 mai dernier. La période de confinement a été très dure pour de nombreux producteurs, créant une perte sèche de 200 millions d'euros dans le pays, 22 millions en Auvergne-Rhône-Alpes. La Fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières (FNPHP) espère obtenir une aide rapide du gouvernement.

"J'ai perdu 50% de mon chiffre d'affaire en mars et 60% en avril" - Dominique Bonnardon, pépiniériste à la Côte-Saint-André et président isérois de la FNPHP

"Il y aura forcément des fermetures d'entreprises" prévient Dominique Bonnardon, pépiniériste à la Côte-Saint-André et président de la Fédération des producteurs de l'horticulture et des pépinières en Isère. "Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a pris la mesure de la catastrophe" peut-on lire dans un communiqué de la FNPHP.

Dominique Bonnardon, président en Isère et vice-président Auvergne Rhône-Alpes de la FNPHP
Dominique Bonnardon, président en Isère et vice-président Auvergne Rhône-Alpes de la FNPHP - Pépinières du Chuzeau - La Côte-Saint-André

Le ministre a répondu positivement à propos d'une aide gouvernementale pour la filière horticole. "Il y a trois pistes. D'abord une indemnisation en fonction des plantes que l'on a du être obligé de détruire. Ensuite une réduction des charges sociales ou encore une aide à la promotion de la filière pour encourager les particuliers et les collectivités à acheter français parce que l'on aura une production abondante à l'automne" explique Dominique Bonnardon. "C'est maintenant à Bruno Le Maire de trancher sur la question, mais pour l'instant, on a absolument rien de défini à ce niveau là" poursuit-il. 

Certains s'en sortent mieux que d'autres

C'est le cas de Jean-François Chauffin, gérant des Jardins de Chauffin à la Terrasse dans le Grésivaudan. "On a eu dix jours en mars très compliqués mais on a réussi à s'en sortir grâce à la vente de nourriture pour animaux et semences de légumes" dit-il. Ses serres ont pu rouvrir dès le mois d'avril après l'assouplissement des règles par le gouvernement.

D'autres sont dans des situations bien plus compliquée. "J'ai dans l'esprit un de nos adhérents qui vent sa production sur les marchés. Comme ils ont été annulés pendant un moment, il n'a rien vendu de la période" explique Dominique Bonnardon. Les horticulteurs pépiniéristes espèrent que le gouvernement les aidera, au même titre que le secteur du tourisme ou la viticulture. "Notre filière est vecteur d'emploi, en particulier dans le domaine rural et je pense qu'il faut encourager cela" conclu-t-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu