Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Dépérissement du vignoble : des chercheurs et techniciens se mobilisent à Beaune

-
Par , France Bleu Bourgogne

Début janvier, près de 150 chercheurs et techniciens se sont réunis à l’invitation du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB), pour un séminaire organisé dans le cadre du Plan National Dépérissement du Vignoble. Un appel à projet est lancé.

Maladie du vignoble - illustration
Maladie du vignoble - illustration © Maxppp - Christian Watier

En mettant en relation tous les acteurs de la recherche et du développement de la filière, ce rendez-vous a favorisé le transfert des informations et la diffusion des premiers résultats des nombreux projets engagés. Ces échanges ont permis de faire le point sur la lutte contre le dépérissement du vignoble. C’est aussi une étape importante pour préparer la suite du programme, notamment à travers un appel à projets. 

Dix-sept projets présentés

Parmi les solutions présentées lors de ce séminaire, les chercheurs du programme Physiopath ont démontré que le dysfonctionnement hydraulique constaté dans les maladies du bois est dû à la présence de gel (tyloses) dans les vaisseaux conducteurs de sève. Cela pourrait aider à mieux déterminer leur rôle dans la vulnérabilité de la vigne aux maladies vasculaires et la sécheresse. 

Ce projet a pour ambition d’identifier des outils de diagnostic du dépérissement de la vigne pouvant être utilisés par la profession viticole. Des résultats intéressants sur la qualité de la greffe ont également été présentés. Par exemple, l’étude du point de greffe via de nouvelles techniques d’imagerie. Elle a permis de distinguer trois types de greffe : réussie, intermédiaire et rejetée. Ces techniques vont aider à l’amélioration des procédés de production en pépinière. 

Le projet Vitimage, par des techniques d’imagerie IRM parvient à retracer la colonisation des maladies du bois dans un cep de vigne. Il est ainsi possible de comprendre la propagation de la maladie, des tissus malades vers les tissus sains. Ce suivi de colonisation ouvre la voie à des solutions pour améliorer la prévention, la qualité des plants et la maîtrise des risques biologiques liés au dépérissement.

Enfin, le projet Vaccivine, basé sur la prémunition des vignes contre le virus responsable du Court-Noué, avance des résultats très prometteurs qui pourraient entraîner, à terme, une réorganisation de la filière « matériel végétal ».

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu