Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Des agriculteurs de la Coordination rurale dénoncent les importations de maïs ukrainien, via le port de Dunkerque

-
Par , France Bleu Nord

Une centaine d’agriculteurs et des tracteurs, devant les silos de Nord Céréales, ce mercredi sur le port de Dunkerque. Une mobilisation de la Coordination rurale pour dénoncer les importations massive de céréales en Europe et notamment du maïs qui arrive d'Ukraine et qui déstabilise le marché.

Avec des tracteurs, une centaine d'agriculteurs ont fait le siège d'un silo de Nord-céréales, sur le port de Dunkerque, pour dénoncer l'importation de grandes quantités de maïs ukrainien, ce qui déstabilise le marché.
Avec des tracteurs, une centaine d'agriculteurs ont fait le siège d'un silo de Nord-céréales, sur le port de Dunkerque, pour dénoncer l'importation de grandes quantités de maïs ukrainien, ce qui déstabilise le marché. © Radio France - Matthieu Darriet

Dunkerque, France

Sur la campagne 2018-2019, un million de tonnes de maïs devraient arriver en France, notamment par le port de Dunkerque et les installations de Nord Céréales, ce que dénonce Carlos Descamps de la Coordination rurale dans le Nord : "Ils se servent d'un silo qui nous appartient, qui appartient aux coopératives agricoles ; donc on paye les bâtons qui vont nous battre. Ils sont plus intéressés par le profit que par leurs coopérateurs. Ils importent pour faire du business à notre détriment. Ils importent pour Roquette et Cargill qui vont travailler ce maïs et pendant ce temps-là, nos prix descendent." 

Impossible de concurrencer le maïs ukrainien

Il est impossible pour les producteurs français de s’aligner sur les prix ukrainiens, car les standards environnementaux et sociaux sont très éloignés des nôtres. C'est une concurrence déloyale, pour Nicolas Jacquet, responsable "Grandes cultures" à la Coordination rurale : "Ils ont droit à des produits qui sont interdits en Europe et en prime, ils utilisent des produits interdits chez eux ; les structures d'exploitation sont des fermes immenses, d'anciens kolkhozes de dizaine ds de milliers d'hectares ; et puis chez nous, il y a des normes sociales pour les employés, là-bas il n'y a aucune couverture sociale. On ne peut pas lutter."

Il faut à tous prix nous protéger, en Europe, contre ce genre d'importations prédatrices.

Ces importations de maïs d’Ukraine déstabilisent également le marché du blé, avec une perte de 100 euros par ha, pour les producteurs français. Aux agriculteurs rassemblés devant ses silos, à Dunkerque, Nord-céréales a expliqué qu'elle avait besoin de faire tourner ses installations, même si, au départ, elles sont prévues pour des exportations et non des importations. 

Les importations de maïs ukrainien, par le port de Dunkerque, notamment, déstabilisent également le marché du blé, avec une baisse de revenus pour les agriculteurs, dénonce la Coordination rurale. - Radio France
Les importations de maïs ukrainien, par le port de Dunkerque, notamment, déstabilisent également le marché du blé, avec une baisse de revenus pour les agriculteurs, dénonce la Coordination rurale. © Radio France - Matthieu Darriet

En ce moment, les syndicats agricoles sont en campagne électorale, pour le renouvellement des chambres d'agriculture. La Coordination rurale dénonce l'attitude de la FNSEA, principal syndicat agricole, très impliqué dans les coopératives. Elle l'accuse de cautionner ces importations massives.